Un pilote perd le contrôle de sa prothèse de bras à l'atterrissage

Un pilote perd le contrôle de sa prothèse de bras à l'atterrissage

Lorsque l'on est aux commandes d'un avion, mieux vaut vérifier que l'on a bien fixé sa prothèse de bras ! C'est la leçon retenue par un pilote d'avion britannique qui a momentanément perdu le contrôle de son avion quand la pince qui fixait sa prothèse aux commandes de l'appareil s'est détachée.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Le 12 février 2014, un avion de la compagnie aérienne britannique Flybe transportait 47 passagers de Birmingham à Belfast lorsque le pilote a vu "sa prothèse (de bras) se détacher de la pince" la fixant aux commandes de pilotage, "le privant du contrôle de l'appareil", ce qui a donné lieu à un "rebond" de l'avion lors de l'atterrissage, sans que cela ne fasse de blessés, selon le rapport du Bureau d'enquête sur les accidents aériens (AAIB).

"Le commandant de bord auquel il est fait référence dans ce rapport est l'un des pilotes les plus expérimentés et digne de confiance de Flybe", a déclaré Ian Baston, le directeur des opérations en vol et de la sécurité de la compagnie aérienne.

Les passagers n'ont pas été en danger

Celle-ci "confirme qu'à aucun moment, la sécurité des passagers ou du personnel n'a été compromise de quelque façon que ce soit et que l'avion n'a pas été endommagé", a-t-il ajouté

Selon le rapport du bureau d'enquête, le pilote de 46 ans avait vérifié que sa prothèse était bien fixée aux commandes avant l'atterrissage. Il avait ensuite désactivé le pilote automatique et procédait à un atterrissage manuel lorsque l'incident a eu lieu, ce qui l'a conduit à reprendre le contrôle de l'avion à l'aide de son bras droit valide.

"Du fait des gaz toujours actifs et d'une possible rafale ayant affecté l'avion, l'atterrissage qui s'est déroulé normalement a été suivi d'un rebond de l'avion qui s'est alors posé lourdement", précise le rapport de l'AAIB.

Le pilote a promis d'être plus prudent à l'avenir en vérifiant mieux la fixation de sa prothèse et en informant ses copilotes de la possibilité qu'un tel événement se reproduise, ajoute le rapport.