''Sous influences'' : une exposition hallucinante

Quel est le point commun entre Jean Cocteau, Jean-Michel Basquiat et le médecin du XIXe siècle, père de la neurologie, le Dr Charcot ? Tous ont créé des oeuvres artistiques sous l'emprise de psychotropes. C'est ce que l'on peut apprendre, en ce moment, en visitant l'exposition "Sous influences". La Maison rouge à Paris accueille plus de 250 oeuvres qui explorent les relations tumultueuses entre création artistique et substances psychotropes.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le
Les drogues s'exposent
Les drogues s'exposent

Haschich, morphine, LSD, cocaïne... les drogues s'exposent dans les tableaux. On reconnaît leur influence dans des compositions hallucinées et le visiteur est même invité à expérimenter sans danger leurs vertus stupéfiantes.

En commençant l'exposition, le visiteur s'interroge. Comment naît ce lien entre art et drogue ? Qu'est-ce qui pousse un artiste à se tourner vers les psychotropes ? Peut-être une solution à l'angoisse de la page blanche. "Un des effets les plus habituels d'une substance, c'est la désinhibition. C'est pouvoir initialiser, commencer...", explique le Dr William Lowenstein, médecin addictologue et président de l'association SOS Addictions.

Désinhibition mais aussi inspiration. En agissant sur le cerveau, les drogues modifient les perceptions. Une aubaine pour les artistes, toujours désireux d'appréhender la réalité autrement.

L'exposition ne se contente pas de célébrer le côté ludique des psychotropes. Une salle expose le côté sombre de la drogue, une problématique "incontournable", selon Antoine Perpère, addictologue et commissaire de l'exposition "Sous influences".

Avec plus de 250 œuvres, il y en a pour toutes les sensibilités. On ressort d'ailleurs légèrement grisé de "Sous influences" qui nous fait découvrir des univers peu communs de la création. Reste que le plus puissant des psychotropes est encore notre imagination.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Ailleurs sur le web :