Retrait de prothèses PIP pour un peu plus de 12 300 femmes

Retrait de prothèses PIP pour un peu plus de 12 300 femmes

Sur 30 000 femmes en France porteuses de prothèses mammaires en silicone PIP, 12 345 femmes ont bénéficié d'une explantation, dont 8 460 à titre préventif, selon le dernier bilan arrêté à la fin juillet 2012 de l'Agence nationale de sécurité des médicaments et produits de santé (ANSM), qui fait état de "ruptures" chez 3 013 d'entre elles.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Le 27 mars 2010, l'Agence des produits de santé (Afssaps) avait décidé le retrait du marché et le rappel d'implants mammaires défectueux, de la marque Poly Implant Prothèse (PIP). Le 21 novembre 2011, le premier décès était constaté sur une femme ayant reçu ces prothèses mammaires non conformes.

Les retraits préventifs ont débuté dès mars 2010, mais se sont accélérés depuis janvier 2012, à la suite de la décision du ministère de la Santé de proposer des explantations, même en l'absence de signe clinique de détérioration de l'implant.

Les prothèses ont toutefois été retrouvées intactes chez 6 639 femmes, soit 78 % des femmes explantées à titre préventif, selon l'agence.

3 013 femmes ont eu une rupture de prothèse PIP ayant fait l'objet d'un signalement à l'Agence du médicament, de 2001 à fin juillet 2012 (soit 151 femmes de plus qu’à fin juin 2012), précise l'ANSM.

Sur la même période, 2 892 réactions inflammatoires - dont six cas de nécrose - ont été notées chez 1 689 porteuses de prothèses PIP.

Enfin, un total de 55 cas d'adénocarcinomes mammaires ont été déclarés à l'agence chez des femmes porteuses de prothèse PIP (soit 1 cas de plus qu'à la fin juin 2012). Ces données ne remettent pas en question l'avis de l'Institut National du Cancer, (INCa) du 23 décembre 2011, qui statuait que "les données disponibles aujourd'hui permettent de conclure à l'absence de sur-risque d'adénocarcinome mammaire chez les femmes porteuses d'implants en comparaison avec la population générale. Il n’existe pas de données à ce jour pour conclure à un sur-risque d'adénocarcinome mammaire spécifique à la prothèse PIP en comparaison aux autres implants."

En savoir plus