Mention ''moyen'' pour le système de santé français

Mention ''moyen'' pour le système de santé français

Pour la première fois le Haut Conseil de la santé publique se penche sur notre état et système de santé en les comparant aux autres pays de l'Union européenne. Et si la France se porte bien dans certains domaines, dans d'autres catégories, elle fait figure d'élève passable.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Notre système de santé est-il vraiment si efficace que nous aimons le croire ? Est-il si exemplaire par rapport aux autres pays de l'Union européenne ? Pas si sûr ! Dans son rapport, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) souligne les bonnes pratiques, mais aussi les écueils de chaque pays.

Les points positifs

Les Françaises, suivies de près par les Espagnoles, sont championnes de l'espérance de vie à la naissance, comme à 65 ans, et peuvent espérer vivre 85 ans contre 77,4 ans pour les Roumaines. Un constat plus contrasté pour les hommes, en tête du classement pour l'espérance de vie à 65 ans. L'hexagone arrive huitième pour l'espérance de vie à la naissance côté homme. 

Autre bon point, la natalité. Avec 12,7 naissances pour 1 000 habitants, la France arrive en troisième position, devancée par l'Irlande et le Royaume-Uni. Un "bon niveau de fécondité [qui] garantit pratiquement le renouvellement des générations et assure un taux de croissance de la population supérieur à la moyenne de l'Union européenne, précise le HCSP.

Le taux de mortalité par maladies cardiovasculaires nous porte lui aussi en tête du classement. Les écarts sont considérables avec les pays qui montrent les taux les plus élevés. En 2009, la France affichait 12,5 décès pour 1 000 contre 618,5/1 000 en Bulgarie.

Les points à améliorer

En revanche, la France dégringole à la dernière place en matière de mortalité périnatale alors que l'Espagne est le pays le plus performant. Ce taux regroupe le nombre de morts fœtales et néonatales précoces. Mais ce mauvais résultat est à nuancer. Il s'explique notamment par la politique active de dépistage des anomalies congénitales et la pratique d'interruptions médicales de grossesse relativement tardives.

Alcool, tabac et drogues. Malgré de nombreuses campagnes de prévention, la France se place encore à la quatrième place des pays les plus consommateurs de ces toxiques, juste derrière l'Estonie, la République tchèque et l'Irlande. Elle se caractérise surtout par sa consommation de cannabis parmi les plus élevés d'Europe.

Pour le Haut conseil de la santé publique, ces comparaisons internationales doivent permettre aux responsables politiques de mieux connaître les faiblesses de leur système de santé : "Il doit être perçu comme une sorte de boussole indispensable pour ceux qui, en France, ont des responsabilités en matière de santé publique".

En savoir plus