Mediator® : une facture de 423 millions d'euros

Une note confidentielle de l'Unocam révèle que le Mediator® a couté 423 millions d'euros à l'Assurance maladie et aux complémentaires santé en dix ans. Après l'aspect humain du Mediator®, médicament destiné aux diabétiques en surpoids et largement détourné comme coupe-faim qui aurait couté la vie à plus de 1 000 personnes, c'est donc son aspect financier qui se retrouve au cœur d'un nouveau scandale.

Céline Morel
Rédigé le , mis à jour le
Mediator® : une facture de 423 millions d'euros

Selon les experts de l'Unocam (qui réunit les fédérations d'assurances et mutuelles complémentaires santé), "l'Assurance maladie a dépensé 324,89 millions d'euros au titre de remboursement de ce médicament" sur les dix dernières années.

Les mutuelles et assurances ont quant à elles, déboursé pas moins de 98,741 millions d'euros toujours selon cette source. Au total c'est donc une contribution au chiffre d'affaire du laboratoire Servier qui produit le médicament, de 423 millions d'euros entre 1999 et 2009, année à laquelle le Médiator a été retiré du marché.

Mis sur le marché en août 1976, le médiator aurait donc coûté plus d'un milliard d'euros à la collectivité sans prendre en compte le coût des effets secondaires de ce médicament. Une facture non négligeable qui soulève de nombreuses questions. Ainsi, l'Unocam a mis en évidence de nombreuses incohérences financières à commencer par le taux de remboursement de 65 % fixé par les autorités pour ce médicament.

Un remboursement important mais injustifié si l'on prend en compte le rapport rendu le 17 novembre 1999 par la commission de la transparence de la Haute Autorité de Santé (HAS), chargée d'évaluer le médicament qui avait conclu son instruction ainsi : "Le niveau de service médical rendu est insuffisant au regard des autres médicaments ou thérapies disponibles pour justifier sa prise en charge". Un avis mitigé, réitéré en mai 2006, qui aurait dû limiter le taux de remboursement du Mediator® à 35 %.

Alors pourquoi le Mediator®, utilisé par plus de 5 millions de personnes, a-t-il bénéficié d'un tel taux de remboursement ? C'est la question que posera Fabrice Henry, président de l'Unocam, prochainement devant le Comité économique des produits de Santé. Une commission parlementaie a été mise en place et un rapport de l'inspection générale des Affaires Sociales doit être rendu mi-janvier. En attendant, selon le porte parole du gouvernement, François Baroin, le président Nicolas Sarkozy a demandé "la transparence la plus totale" dans cette affaire et affirmé sa "détermination à ce que toutes les conséquences soient tirées de ce dossier, notamment les possibles dysfonctionnements des autorités sanitaires". 

En savoir plus

Dans les médias :

Sur Allodocteurs.fr :

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !