Les 15 ans du ''Magazine de la santé'' : les mots du Pr Jean-Noël Fabiani

Chef du service de chirurgie cardio-vasculaire à l'hôpital George-Pompidou de Paris, le Pr Jean-Noël Fabiani apparaît régulièrement sur nos écrans. Il sera avec nous sur le plateau le 26 février 2013, à 20h30, sur France 5. Entre deux réflexions sur le traitement médiatique de la médecine, il souhaite encore un bel avenir au "Magazine de la santé" !

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le
Les 15 ans du ''Magazine de la santé'' : les mots du Pr Jean-Noël Fabiani
  • Que pensez-vous de cette médiatisation de la médecine en général ?

Pr. Jean-Noël Fabiani : "Il y a indubitablement un côté positif à cette médiatisation. Elle permet de mieux faire connaître l'évolution de la médecine et de ses découvertes. Cependant, les journalistes, mais aussi les médecins qui parlent dans les médias et en général tous les intervenants qui communiquent autour de la médecine, ont tendance à magnifier les découvertes, à dire que tout est progrès, et à passer sous silence les risques et les échecs.

"Généralement, on voit un peu l'homme comme une voiture réparable, et le médecin comme le garagiste qui pourra un jour tout réparer. C'est faux. Cette idée de la médecine triomphante souvent relayée dans les médias n'est pas en accord avec la réalité."

  • Ce lien entre la médecine et son traitement médiatique, qu'en pensez-vous ?

J.-N. F. : "A nouveau, je vais vous formuler une réponse un peu ambivalente. Ce qui est évidement bien, c'est le fait de pouvoir communiquer sur les évolutions médicales et les découvertes. Ainsi, le public peut voir les chercheurs travailler dans leurs laboratoires et comprendre leurs découvertes. Et plus encore, cela les entrainent à participer financièrement aux recherches.

"Mais voilà, le temps qui s'écoule entre l'annonce médiatique d'un progrès et son arrivée sur le marché du soin est souvent très long. Si bien que les auditeurs et les téléspectateurs sont souvent déçus, bien qu'ils comprennent les précautions nécessaires."

  • Démocratisation des diagnostics ?

J.-N. F. : "Effectivement, Internet a permis une large diffusion d'informations en tout genre, mais malheureusement, sur Internet il y a le meilleur, comme il y a le pire. Le souci, c'est qu'en général les patients ne font pas le tri dans ce fouillis de données scientifiques ou pseudo-scientifiques, et lorsqu'ils débarquent en consultation, ils sont littéralement terrifiés par ce qu'ils ont lu. C'est une chose, plutôt bonne, que de pouvoir se cultiver en ligne, mais pour un malade, aller sur Internet, c'est souvent affreux."

  • Est-ce que vous regardez des émissions médicales à la télévision ?

J.-N. F. : "Ca m'arrive de temps en temps. Mais je vous avoue qu'après douze heures passées à l'hôpital, je ne me tourne pas forcément vers les émissions médicales quand je rentre chez moi. Mais cela m'arrive quand même de temps en temps. Ce que je remarque c'est que la tendance habituelle est d'être assez optimisant à propos de la médecine en général. Est-ce que, du coup, le discours est objectif ? Je ne le crois pas tout à fait. Moi-même avec mon enthousiasme naturel, je peux me laisser un peu déborder par un progrès auquel je participe."

  • Personnellement, que la télévision vous apporte-t-elle ?

J.-N. F. : "La télévision peut apporter beaucoup. C'est très positif de pouvoir participer à une émission, pas uniquement pour l'ego, mais aussi pour faire partager ses connaissances, ses découvertes devant un grand auditoire."

  • Est ce que ça change votre travail au quotidien ?

J.-N. F. : "Non, pas vraiment. Evidement cela apporte un certain nombre de patients supplémentaires, qui m'ont vu à la télé, connaissent mon nom, mais qui n'ont pas forcément toujours compris ce que j'essaye d’expliquer. En fait, la plupart du temps ces malades ne sont pas forcément de mon ressort, et je dois les réorienter sur des collègues."

  • Un message pour les 15 ans du "Magazine de la santé" ?

J.-N. F. : "A toute l'équipe du "Magazine de la santé", je leur souhaite de continuer. C'est une très bonne émission, très claire, avec de bons experts, des messages courts et précis, une ambiance chaleureuse. A chaque fois que je la regarde, j'apprends quelque chose, même en tant que spécialiste. Alors j'espère que l'émission va continuer à suivre la médecine, et évoluer avec elle, dans le bon sens."

Propos recueillis par Benoît Husson

Vous retrouverez le Pr. Fabiani sur le plateau de notre spéciale 15 ans le 26 février, sur France 5, à 20h30…


A voir avec le Pr. Fabiani :

Sur Allodocteurs.fr :