Gale : épidémie en Bourgogne

Vingt-quatre cas de gale ont été diagnostiqués depuis la mi-décembre 2012 au centre hospitalier de l'agglomération de Nevers, a annoncé lundi l'Agence régionale de santé de Bourgogne, qui parle d'une "épidémie en cours".

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Quatre patients et vingt membres du personnel du centre hospitalier de l'agglomération de Nevers (CHAN) ont été atteints par la gale depuis la mi-décembre, selon un communiqué de l'Agence régionale de santé (ARS).

Environ 5.000 cas de gale sont recensés en Bourgogne chaque année selon l'ARS, qui observe une "hausse des signalements de cas ces derniers mois, notamment en collectivités".

D'autres ARS ont dressé un constat similaire. Les alertes locales se suivent et se ressemblent : en octobre 2012, c'était une école maternelle de Bagnolet (Seine-Saint-Denis) qui fermait temporairement pour cette raison. Mi-décembre, la situation se répétait dans un centre universitaire en Anjou. Plus tôt dans l'année, la Sécurité sociale avait autorisé, pour la région de Dunkerque, le "remboursement exceptionnel" de produits anti-gale "pour répondre à une augmentation des cas".

Une étude réalisée en 2011 par l'Institut de veille sanitaire (InVS), basée sur les chiffres de vente des traitements, révélait une hausse tendancielle du nombre de cas de gale en France. En 2009, la proportion de nouveaux cas a ainsi été estimée à 352 cas pour 100.000 habitants. En 2005, la proportion était de 337 cas pour 100.000.

"Nous continuons à recevoir des signalements d'épisodes de gale en collectivité, suggérant que la hausse observée (dans cette étude) est bien réelle", indiquait récemment à l'AFP l'un des cosignataires de l'étude. Néanmoins, la déclaration de la maladie n'étant pas obligatoire, il est difficile d'évaluer avec précision son évolution.

Selon le Dr Che, l'apparente recrudescence de la gale pourrait s'expliquer de plusieurs façons : augmentation des "cas importés" avec les voyages et migrations, " retard au diagnostic" lié à la méconnaissance de la maladie, mais aussi "la stigmatisation" de cette maladie, qui peut engendrer une absence de soins.

L'actuelle pénurie, en France, du principal traitement pour la gale pourrait aussi entrer dans l'équation.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

La gale est une maladie de peau, bénigne mais contagieuse, provoquée par un acarien, Sarcoptes scabiei. Cet arachnide microscopique creuse des sillons dans l'épiderme, où il dépose ses œufs. Sa présence sous la peau provoque de violentes démangeaisons.