Reportage de Hejer Thlia, Dominique Tchimbakala et Hervé Droguet.
Reportage de Hejer Thlia, Dominique Tchimbakala et Hervé Droguet.

Casernes fermées : les pompiers donnent l'alerte !

Les pompiers lancent un inhabituel appel au secours. Réunis en congrès à Chambéry jusqu'au samedi 12 octobre 2013, les soldats du feu font part de la profonde inquiétude qui gagne la profession. Près de 600 casernes ont fermé leurs portes au cours des cinq dernières années, le nombre de pompiers volontaires ne cesse de diminuer tandis que la charge de travail moyenne est toujours plus importante. Faut-il craindre une remise en cause du système de secours à la française ? Explications.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Incendies, accidents de la route, aides aux victimes… les pompiers sont dans la majorité des cas les premiers à être sur les lieux. Un temps record de douze minutes en moyenne qui pourrait s'allonger car les pompiers sont moins nombreux et les volontaires se font rares. Des volontaires précieux car ils représentent 80% des effectifs. Sur les 250.000 sapeurs-pompiers, 195.200 sont des volontaires. En congrès à Chambéry, la profession demande donc plus de moyens.

Les sapeurs-pompiers souhaitent faire partie intégrante du système de soins d'urgence. Une revendication qu'ils comptent bien faire entendre au Président de la République, François Hollande en visite au congrès samedi. En clair, les sapeurs-pompiers ne veulent plus être les sous traitants des autres acteurs de secours comme le Samu.

Pourtant pour le Pr Christian Spaulding, cardiologue, il n'y a pas de doute, les pompiers jouent bien un rôle primordial dans la prise en charge des urgences : "Pour l'arrêt cardiaque, les délais d'intervention sont extrêmement importants puisque si on regarde le nombre de survivants d'un arrêt cardiaque extra-hospitalier, entre 40 et 50% des patients survivent si l'arrêt cardiaque est massé, pris en charge dans les cinq premières minutes. On tombe ensuite de 10 à 20% de survivants si l'arrêt cardiaque est pris en charge dans les cinq à dix minutes. Et après 10 minutes sans massage, il n'y a pratiquement aucun survivant".

En 2012, sur les quatre millions d'interventions des sapeurs-pompiers, trois millions concernaient l'aide aux victimes.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :