Au coeur des Pyrénées, le premier hôpital transfrontalier d'Europe

L'hôpital de Cerdagne est situé à Puigcerdà, ville espagnole située à 1 km à peine de la France. Les soignants y parlent catalan, espagnol ou français pour offrir le meilleur de la médecine des deux pays aux habitants de ce plateau montagneux isolé.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

À 1.200 mètres d'altitude, les quatre drapeaux qui s'alignent à l'entrée du nouvel établissement sont ceux de l'Espagne, de sa communauté autonome de Catalogne, de la France et de l'Union européenne, alliées dans la conception de cet hôpital "pionnier".

Sa vocation est d'accueillir, prioritairement, les 32.000 habitants de la vallée de la Cerdagne, de part et d'autre de la frontière. Pour pouvoir traiter aussi bien les patients français et espagnols, les infirmières travaillent en binôme et jonglent avec les deux langues.

Les Espagnols étaient déjà habitués à se rendre dans l'ancien hôpital de cette ville. Mais côté français, la vallée de Cerdagne était jusque-là un désert médical : dans cette région aux petites routes sinueuses, parfois rendues impraticables par la neige, la création de cet hôpital est une aubaine.

Pour faciliter la prise en charge des patients, il a fallu faire correspondre les systèmes sanitaires français et espagnols, notamment en matière de remboursement des soins. Il y a également un travail d'harmonisation des pratiques médicales des deux pays. Par exemple, en ce qui concerne le suivi de grossesse : en France, les futures mères ont une analyse de toxoplasmose en plus et en Espagne, une échographie en plus. À l'hôpital de Cerdagne, toutes les femmes enceintes auront les deux.

Autre problème administratif en cours de règlement : quand une personne meurt à l'étranger, on doit rapatrier le corps vers son pays. Cela coûte cher et doit répondre à des normes strictes, même quand il s'agit de parcourir 500 mètres entre deux localités frontalières.

L'établissement entend aussi devenir un "hôpital de référence en médecine du sport de montagne", capable de soigner au mieux les skieurs ou les randonneurs accidentés, au moment où les touristes étrangers affluent vers les treize stations de ski de la zone.