Réforme après réforme, les internes sont toujours épuisés

Alors que la France vient d'être épinglée par la Commission européenne concernant le temps de travail des médecins hospitaliers et notamment des internes, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a annoncé samedi 26 octobre 2013 qu'il n'était "plus acceptable que les internes soient corvéables à merci". Elle souhaite défendre leur repos de sécurité. Entretien avec Etienne Pot, secrétaire général adjoint de l'Inter Syndicat National des Internes des Hôpitaux (ISNIH).  

Rédigé le

Réforme après réforme, les internes sont toujours épuisés

Depuis 2002, un repos de sécurité de 11 heures est obligatoire à l'issue de chaque garde de nuit, afin que l'interne ne travaille pas plus de 24 heures d'affilée. Mais selon les observations de l'ISNHIH, d'après un long travail d'enquête auprès des praticiens hospitaliers, les heures de repos obligatoires ne sont pas suffisamment respectées.

L'exigence de respect de ce repos "sera désormais inscrite dans les conventions établies entre les CHU et les hôpitaux non universitaires", a déclaré la ministre, dans l'objectif de "sécuriser l'interne qui prend des gardes dans un autre hôpital que celui où il effectue son stage".

Par ailleurs, pour contribuer à améliorer les conditions de travail, "le droit européen doit s'appliquer pour la situation des internes", a ajouté Mme Touraine. "Votre temps de travail doit évidemment inclure les deux demi-journées de formation universitaire, ainsi que la garde", a-t-elle ajouté dans son discours lors de l'université de rentrée de l'ISNIH, à Paris.

La ministre va en outre demander à la direction générale de l'offre de soins "de faire un bilan des modes de financement des postes d'internes dans les hôpitaux". "Si des modifications doivent être proposées, elles suivront un principe simple : votre temps de travail doit s'organiser autour de votre formation".

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :