Plan santé : quelles conséquences pour les mutuelles ?

Hausse des prix, généralisation du tiers payant, remboursement des lunettes : les mutuelles ont été au cœur de l'actualité ces dernières semaines. De plus en plus présents dans le système de santé français, les organismes mutualistes ne souhaitent pas pour autant le désengagement de l'Etat : entretien avec Etienne Caniard, président de la Mutualité française. 

Rédigé le

Etienne Caniard : ''la Mutualité a toujours été contre le désengagement de l'Etat''

Les tarifs des mutuelles de santé devraient afficher une hausse de 2,5 à 3% en 2014, pour  suivre l'augmentation des dépenses de santé, selon Etienne Caniard. "La Mutualité s'est toujours prononcée contre tout désengagement de l'assurance maladie. Malheureusement, la réalité nous rattrape. La sécurité sociale ne rembourse que 50% des soins courants, 4% de l'optique et 18% des prothèses dentaires, donc pour accéder aux soins on abesoin de mutuelles".

Pour Etienne Caniard, "une bonne mutuelle n'est pas simplement une mutuelle qui rembourse beaucoup. C'est une mutuelle qui diminue le reste à charge. C'est tout le débat que nous menons depuis plusieurs semaines pour que les mutuelles jouent un rôle dans l'organisation des soins, la maîtrise des prix et des dépassements d'honoraires".

Tiers payant

La Mutualité française approuve la volonté gouvernementale de généraliser le tiers payant en 2017 pour permettre au patient de ne plus avancer ses frais de santé. "Il y aura des mesures techniques à mettre en œuvre", assure Etienne Caniard, "pour une raison très simple : il ne faut pas que cette généralisation du tiers payant se fasse au détriment des médecins qui se retrouveraient avec une augmentation de leurs charges admnistratives. Les médecins sont là pour soigner et non pour remplir des papiers".

VOIR AUSSI