Obésité : même reprise de poids après un régime court ou un régime long

Dans le cadre du traitement de l'obésité, les régimes longs ne garantissent pas nécessairement un meilleur maintien du poids à long terme que les régimes courts, selon une étude australienne, publiée le 16 octobre 2014, dans The Lancet Diabetes and Endocrinology. Toutefois, les régimes progressifs restent associés à moins d'effets secondaires.

Rédigé le

Obésité : même reprise de poids après un régime court ou un régime long
Obésité : même reprise de poids après un régime court ou un régime long

L'étude a été menée auprès de 200 adultes obèses(1) volontaires, a qui l'on a attribué au hasard soit un programme de perte de poids rapide sur 12 semaines (régime très faible en calories), soit un programme de perte de poids progressive sur 36 semaines. L'objectif fixé aux participants était une perte de poids d'au moins 12,5% au terme du régime.

Dans le groupe effectuant le régime court, quatre participants sur cinq ont atteint leur objectif, contre seulement un sur deux dans le second groupe. Les volontaires ont ensuite suivi le même régime de maintien du poids durant trois ans.

Au terme de cette période, les membres des deux groupes avaient repris, en moyenne, 70% du poids perdu. Selon les chercheurs, ces résultats contredisent donc les directives alimentaires actuelles recommandant de privilégier des régimes progressifs, "sur la base de la croyance que le poids perdu rapidement est plus rapidement retrouvé".

Plus courts, mais plus risqués

Toutefois, il est important de noter que les caractéristiques des programmes de régimes particuliers utilisés ont pu influencer les résultats finaux. Ainsi, cette étude révèle peut-être l'inefficacité du programme de régime de maintien du poids mis en œuvre, auprès de la population étudiée. D'autres études doivent donc confirmer la validité des observations réalisées par les chercheurs australiens avec d'autres programmes de régime. 

Il est important de souligner que l'étude ne s'attarde pas sur les dangers potentiels propres à une perte de poids rapide : perte de la masse musculaire plutôt que graisseuse, mauvaise nutrition, troubles rénaux associés...

L'article scientifique précise toutefois qu'au cours de la première phase de l'étude (programme de perte de poids), un membre du groupe "régime rapide" a développé une cholécystite aiguë (inflammation de la vésicule biliaire) ayant entraîné l'ablation de sa vésicule biliaire enlevée. Un événement "probablement lié au programme [de régime]", selon les chercheurs.

"Plus faciles à suivre" et "plus motivants", les régimes drastiques de court terme pour le traitement de l'obésité sont loin d'être sans danger – surtout s'ils sont réalisés sans une supervision médicale étroite.

-----

(1) Adultes obèses diabétiques non-fumeurs.

Source : The effect of rate of weight loss on long-term weight management: a randomised controlled trial. K. Purcell et coll. The Lancet Diabetes & Endocrinology, publication avancée en ligne du 16 octobre 2014. doi:10.1016/S2213-8587(14)70200-1

 

En savoir plus sur les régimes amaigrissants : 

Questions/Réponses :