Médicaments : toujours plus de génériques !

Afin de lutter contre le trou de la sécurité sociale, les pharmaciens vont devoir vendre encore plus de médicaments génériques et convaincre leurs clients de se détourner des marques.

Rédigé le

Entretien avec Gilles Bonnefond, secrétaire général de l'Union des syndicats de pharmaciens d'officine (USPO)

Pour faire des économies dans la branche médicament, la sécurité sociale demande encore plus d'efforts aux pharmaciens.En 2012, avec la mise en place du "tiers payant contre générique", le taux de pénétration des médicaments génériques à bondi. Passant de 71%, en 2011, à 83,7% en 2012. Ce qui veut dire que dans plus de 83% des cas, les patients ont accepté quand c'était possible, de repartir de la pharmacie avec un médicament générique, plutôt qu'avec une marque. Les Français sont semble-t-il bien plus enclins à faire des efforts pour le trou de la sécu, quand on s'attaque à leur porte-monnaie.

Ce bon de 12 points a permis à l'Assurance-maladie d'économiser 1,5 milliard d'euros en 2012.

Pharmacien-Assurance maladie :  un nouvel accord

Avec ce nouvel accord, qui fixe un objectif de pénétration de 85%, la Sécu espère faire 300 à 400 millions d'euros d'économies supplémentaires. "L'accord, signé mardi, est un accord gagnant pour tout le monde, les pharmaciens, les patients, l'Assurance-maladie", a déclaré mercredi 23 mai à l'AFP, Gilles Bonnefond, secrétaire général de l'Union des syndicats de pharmaciens d'officine (USPO).

Cet accord qui a été signé par l'Union nationale des pharmacies de France (UNPF), un syndicat représentant 40% des votes aux élections professionnelles, a été rejeté par la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France, le syndicat majoritaire. Il s'appliquera aux 23.000 pharmaciens d'officines de France, dès sa publication au Journal officiel.

Les pharmaciens exemplaires seront mieux récompensé

Depuis 2012, les pharmaciens touchent une "prime" calculée proportionnellement au taux de médicaments génériques substitués. En 2012, le montant annuel de ces primes tournait autour de 3.000 à 3.500 euros par officine. Pour s'assurer que le taux de 85% soit atteint en 2013, la sécurité sociale est prête à augmenter voire doubler le montant de ces primes.

Mise à plat de la rémunération des pharmaciens

Cet accord s'intègre dans un processus plus large de refonte du mode de rémunération des pharmaciens, fortement affectés financièrement par la baisse globale des ventes de médicaments et la baisse des tarifs. Ils étaient jusqu'à présent rémunérés à la boîte.

Aujourd'hui, l'Assurance-maladie souhaite partir sur des honoraires forfaitaires, versés pour de nouvelles fonctions, comme la surveillance du suivi du traitement des patients prenant des anticoagulants ou utilisant des inhalateurs pour l'asthme. Une nouvelle réunion est prévu mi-juin car concernant le montant aucun accord n'a été trouvé.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :