Le Pradaxa, un anticoagulant oral dangereux ?

Des médecins biologistes auraient écrit à la ministre de la Santé, Marisol Touraine, pour l'alerter sur les risques du Pradaxa®, un anticoagulant qui concernerait près d'un million de Français, selon une information France Info du 20 septembre 2013. Ce nouveau médicament prescrit pour empêcher la formation de caillots dans les vaisseaux sanguins, présente un risque hémorragique grave, et ferait l'objet de prescriptions "souvent injustifiées".

Rédigé le

Le Pradaxa, un anticoagulant oral dangereux ?
Le Pradaxa, un anticoagulant oral dangereux ?

En août 2013, l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) avait publié une fiche de bon usage sur les anticoagulants de nouvelle génération, Eliquis® (pixaban), Pradaxa® (dabigatran) et Xarelto® (rivaroxaban), qui doivent être utilisés dans le strict cadre des conditions de leur Autorisation de Mise sur le Marché (AMM). 

Dans un avis envoyé aux professionnels de santé, le 12 septembre 2013, l'ANSM rappelle que ces "nouveaux anticoagulants oraux (NACO), contrairement aux antagonistes de la vitamine K, ne nécessitent pas de surveillance biologique. Néanmoins, leur utilisation peut-être associée, comme pour tout anticoagulant, à la survenue de complications hémorragiques, parfois graves."

Ces nouveaux anticoagulants, apparus en France en 2008, le plus souvent prescrits pour prévenir les risques d'accident vasculaire cérébral (AVC), font l'objet d’une surveillance régulière au niveau national par l'ANSM et européen par l'agence européenne du médicament (EMA).

Un syndicat de professionnels de santé, le Syndicat des jeunes biologistes médicaux (SJBM) a annoncé, vendredi 20 septembre 2013, avoir adressé une lettre à la ministre de la Santé, Marisol Touraine pour "tirer la sonnette d'alarme" sur ces médicaments, estimant "souvent injustifiée" leur prescription face à leurs risques et à leur prix.