La partie de chasse sous-marine tourne au drame, mais l'ado survit

Un adolescent de 16 ans a survécu à un accident hors du commun lors d'une partie de chasse sous-marine. Après avoir reçu un harpon en plein crâne, il a dû subir une importante opération pour déloger le projectile de sa tête. Mais comment peut-on sortir indemne d'une lance de harpon qui traverse la tête ? Les explications avec le Dr François Nataf, neurochirurgien à l'hôpital Sainte-Anne, à Paris.  

Rédigé le

La partie de chasse sous-marine tourne au drame, mais l'ado survit

Il est ce qu'on appelle un miraculé. Début juin 2012, alors qu'il participait à une partie de pêche, Yasser Lopez, un jeune Américain de 16 ans, a eu un terrible accident. Son ami a accidentellement décoché la lance d'un fusil à harpon dans sa direction. Le projectile en acier inoxydable, d'une longueur de plus de 70 cm, a traversé son crâne de part en part et la flèche est restée figé à l'intérieur. Celle-ci est entrée à environ 2 cm de son œil droit, en passant juste sur la partie droite de son cerveau. Sa pointe dépassait de quelques centimètres sur le haut de sa tête.

Conscient lorsqu'il a été transporté à l'hôpital, le jeune homme a paniqué. "Ce n'est pas le type de blessure que vous voyez tous les jours : un patient arrivant éveillé et qui vous parle avec une lance de 75 cm dans la tête. Le premier obstacle à franchir a été de ne pas se laisser distraire par l'aspect émotionnel de la blessure", a expliqué le Dr George Garcia, au site du Huffington Post.

Près de 3 heures d'opération

Les médecins ont d'abord coupé une quarantaine de centimètres de la tige qui dépassait de sa tête afin de pouvoir réaliser le scanner. Yasser Lopez a eu de la chance que la lance n'ait transpercé ni les parties vitales ni les vaisseaux sanguins du cerveau.

L'opération a duré près de 3 heures. Les chirurgiens sont parvenus à retirer délicatement la tige puis ôter la pointe. "Une des choses les plus importantes était de résister à la tentation de tirer sur la lance pour essayer de la retirer", a précisé l'un des médecins, "il était possible pour nous de trouver une stratégie lors de l’opération pour dévisser la pointe au lieu de la retirer avec tout le reste, ce qui aurait pu endommager le cerveau."

Déclaré hors de danger, l'adolescent restera en convalescence pendant deux à trois mois et ne devrait pas avoir de séquelles graves de cette mésaventure.

En savoir plus