Faire du sport après un traumatisme crânien est-il risqué ?

Il souffre encore de maux de tête et se plaint régulièrement de fatigue. Pourtant, un mois après sa sortie du service de réanimation de l'hôpital Purpan de Toulouse suite à un traumatisme crânien, Paul-Henri de Le Rue prendra le départ de l'épreuve de snowboardcross aux JO de Sochi. Mais son cerveau a-t-il vraiment eu le temps de se remettre de cette commotion cérébrale ? Le neurologue Jean-François Chermann, qui suit quantité d'athlètes de haut niveau, n'en est pas si sûr...

Rédigé le

Faire du sport après un traumatisme crânien est-il risqué ?

La passion du sport fait-elle prendre des risques démesurés aux athlètes ? Ce matin, lundi 17 février 2014, le rider français Paul-Henri de Le Rue, 29 ans, devait s'élancer pour un snowboardcross à plusieurs. Devait... car la course a été annulée à cause du brouillard.

Il n'empêche que cette course se tiendra dans les prochains jours, alors que Paul-Henri de Le Rue se remet tout juste d'une vilaine chute. Le 12 janvier 2014 en effet, le pyrénéen était tombé sur le dos et la tête, lors d'une épreuve à plusieurs de la Coupe du monde de Snowboardcross en Andorre.

Victime d'un double traumatisme facial avec fracture de l'orbite et crânien avec perte de connaissance, les médecins l'avait plongé pendant une nuit dans un coma artificiel. Quelques jours plus tard, à peine remis sur pieds, Paul-Henri de Le Rue reprenait l'entraînement avec acharnement pour préparer les Jeux olympiques d'hiver 2014 à Sochi... 

VOIR AUSSI :

Sponsorisé par Ligatus