Boissons énergisantes : la riposte de Red Bull®

En 2009, le décès d’un adolescent pour lequel la consommation de boissons à base de taurine avait été avancée comme cause probable, avait lancé une polémique autours de ces sodas. Aujourd’hui, la marque incriminée s’exprime pour la première fois face aux accusations qui se multiplient, relançant ainsi le débat sur la dangerosité des  boissons énergisantes.

Rédigé le , mis à jour le

Boissons énergisantes : la riposte de Red Bull®
Boissons énergisantes : la riposte de Red Bull®

Les discussions mettent en cause la consommation des boissons énergisantes à base de taurine lors de la pratique sportive. Or, la marque, sponsor de 500 sportifs de haut niveau assure que sa boisson est sans danger en affirmant que « les athlètes consomment du Red Bull® avant, pendant et après le sport. » De plus, elle se dédouane clairement des accusations l’impliquant dans des décès : « ces mise en cause sont sans fondement, les ingrédients clés, la taurine et la glucuronolactone sont sans danger ».

Pour étayer ses propos, le groupe s’appuie sur un rapport de 2009 réalisé par le groupe ANS pour l’Union Européenne, afin de connaître les problèmes que pourrait potentiellement entrainer la taurine. Dans cette étude, les conclusions avaient établi que « l’exposition à la taurine et à la D-glucurono-gamma-lactone aux niveaux actuellement utilisés dans les boissons ‘énergisantes’ ne suscite pas d’inquiétude sur le plan de la sécurité. »

Malgré cela, l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) continue de dire que les boissons énergisantes « ne sont pas adaptées à la pratique d’une activité physique intense ». De plus, l’Anses réalise actuellement une étude qui a pour but de recueillir toutes les informations concernant les modes de consommations de ces boissons, ainsi que les potentiels effets indésirables qu’elles peuvent causer.

Déjà 24 personnes se sont manifestées depuis 2009 à causes d'effets indésirables supposés. Un lien potentiel avec les boissons énergisantes n'a pu être établi que pour treize d'entre elles. Les effets rapportés sont le plus souvent une tachycardie, des crises d'épilepsie ou des vertiges.

Les résultats de cette enquête devraient être connus à l’automne 2012, et vont permettre à l’Anses d’éditer des recommandation quant à la consommation des boissons énergisantes.

En savoir plus