Avec la crise, la Grèce voit l'apparition d'une nouvelle drogue : la sisa

C'est un phénomène cyclique. A intervalles réguliers, Internet fait état de l'apparition d'une nouvelle drogue ravageuse à l'autre bout du monde. Depuis le début de la semaine, le web français a découvert un nouveau psychotrope, la sisa. Et c'est la Grèce, un pays déjà en proie à bien d'autres problèmes qui est touchée par cette épidémie.

Rédigé le

Avec la crise, la Grèce voit l'apparition d'une nouvelle drogue : la sisa
Avec la crise, la Grèce voit l'apparition d'une nouvelle drogue : la sisa

L'organisme européen de contrôle des drogues et des addictions confirme l'information. C'est en 2011 que les centres d'accueil des toxicomanes commencent à entendre parler de la sisa. Une drogue très bon marché dont le prix s'expliquerait par ses composants : détergents et liquide de batterie.

L'Observatoire européen des drogues que nous avons contacté nuance un peu la recette de ce cocktail : "Après analyse, le principe actif de la sisa s'avère être de la métamphétamine, une drogue bien connue dans d'autres pays du monde."

La sisa, une drogue aux effets dévastateurs

Pure ou coupée avec des produits divers, la métamphétamine est déjà bien connue aux Etats-Unis. Ces amphétamines sous formes de cristaux se consomment par inhalation, à l'aide d'une pipe et ils sont connus pour les ravages qu'ils provoquent.

Michel Havredakis est infirmier à l'association Okana, l'organisation grecque de lutte contre la toxicodépendance. Dans son centre d'Athènes, il a vu arriver d'anciens toxicomanes à l'héroïne devenus accros à la sisa. "Ce qui est impressionant, ce sont les symptômes : des troubles spatio-temporels, de l'agressivité, de longues périodes d'insomnie et puis le noircissement de la peau et l'apparition de plaies cutanées."

L'infirmier nous confirme aussi que des décès par overdose de sisa ont déjà été recensés à Athènes. Il s'agit essentiellement d'usagers ayant consommé la drogue par intraveineuse.

Ce qui inquiète le plus Michel, c'est l'incapacité à traiter la dépendance des accros à la sisa. "Le principal problème pour nous c'est qu'il n'y a pas de produits de substitution à la sisa. Le Subutex® c'est pour l'héroïne. On n'a rien pour les dérivés d'amphétamine."

Une drogue pour faire face à la crise ?

En revanche, il tempère un peu le lien qui est fait entre la crise économique et l'apparition d'une drogue bon marché. "En Argentine aussi au moment de la crise économique on avait parlé de l'apparition d'un nouveau crack, mais le lien entre la crise et la drogue n'est pas aussi évident qu'il y paraît."

En revanche, là où la crise économique pose un véritable problème, ce n'est pas tant dans la propagation supposée de l'épidémie mais dans son endiguement. Les coupes budgétaires n'ont pas épargné les centres de traitement et de prévention de la toxicomanie. Un tiers d’entre eux ont fermé leurs portes à travers le pays alors que ces dernières années tous les acteurs ont constaté une augmentation du nombre de toxicomanes dans le pays.

En savoir plus