Allergie aux arachides : un nouvel espoir au rayon de l'immunothérapie

Déjà utilisée pour traiter des allergies aux pollens ou encore aux acariens, l'immunothérapie orale semble également porter ses fruits pour des allergies d'ordre alimentaire. Par cette voie, des médecins de l'Université de Cambridge sont parvenus à désensibiliser des enfants allergiques aux arachides. Ces résultats publiés dans la revue britannique The Lancet se révèlent prometteurs.

Rédigé le

Allergie aux arachides : un nouvel espoir au rayon de l'immunothérapie
Allergie aux arachides : un nouvel espoir au rayon de l'immunothérapie

Une équipe de médecins de l'Université de Cambridge a soumis une centaine d'enfants, âgés de 7 à 16 ans, à un essai de désensibilisation à l'une des formes d'allergie les plus répandues dans le monde : celle aux arachides. Les symptômes peuvent aller du simple gonflement des lèvres au véritable choc anaphylactique, une réaction sévère de l'organisme en présence d'un corps étranger.

L'immunothérapie allergique vise à réduire la sensibilité de l'organisme à l'allergène en modulant de manière progressive une réponse immunitaire à l'égard de l'allergène. Elle permet de prévenir la survenue de la réaction allergique.

L’immunothérapie allergénique traite l’allergie respiratoire et également aux venins (abeille, guêpe).

Le traitement est administré par des comprimés ou des gouttes à placer sous la langue ou par des injections.

91% des enfants peuvent consommer des arachides sans danger

A l'issue de l'étude, 91% des enfants pouvaient consommer cinq cacahuètes sans danger et 54% d'entre eux sont devenus tolérants à une quantité de dix cacahuètes, mettant ainsi ces derniers à l'abri d'une ingestion accidentelle.

Pour obtenir ces résultats, les médecins ont divisé les enfants en deux groupes. Au cours des six mois de l'étude, une partie des enfants ingérait quotidiennement une quantité croissante de farine de cacahuètes, tandis que l'autre partie continuait à éviter cet aliment.

A la fin de la première phase de l'étude, 84% des enfants traités toléraient l'ingestion de 800 mg de farine, ce qui représente l'équivalent de cinq cacahuètes.

Quant à la seconde phase, qui a également duré six mois, elle a permis de traiter la deuxième moitié des enfants et de poursuivre la désensibilisation pour les premiers.

En France, l'exposition aux noisettes est contraignante

Ces résultats encourageants rejoignent un essai de traitement par immunothérapie sur des allergiques aux arachides, déjà mené par les chercheurs de l'Institut National de la Santé de Caroline-du-Nord aux Etats-Unis, et dont les résultats avaient été présentés en janvier 2013.

Selon le Dr Florence Trebuchon, allergologue, "il faut relativiser ces résultats car la forte exposition aux arachides des personnes allergiques est propre aux pays anglo-saxons". En France, "il est plutôt contraignant d'être allergique aux noisettes en raison de la forte présence de cet ingrédient dans les aliments". Toutefois, la spécialiste admet que les résultats de cette étude sont prometteurs. Ils représentent un espoir pour les allergiques. 

Source : Assessing the efficacy of oral immunotherapy for the desensitisation of peanut allergy in children (STOP II): a phase 2 randomised controlled trial The Lancet, Early Online Publication, 30 janvier 2014 DOI:10.1016/S0140-6736(13)62301-6

LIRE AUSSI