'"Bars à chats'' : la ronronthérapie à portée de café

Insolite. Des hôtes d'un nouveau genre accueilleront leurs convives dans un bar inédit, en plein cœur de Paris, en septembre 2013. Ces derniers pourront y déguster une part de tarte ou prendre un café en compagnie… des chats. Le concept est fraîchement débarqué du Japon, où il existe de nombreux "bars à chats" qui exploitent les vertus de leur ronronnement. L'objectif est de proposer un lieu hors du temps, calme et appaisant, un lieu de détente où les chats seront rois.

Rédigé le

'
'"Bars à chats'' : la ronronthérapie à portée de café

L'homme et le chat entretiennent une complicité depuis plusieurs millénaires. Plus qu'un bruitage, son ronronnement est thérapeutique. C'est la raison pour laquelle, Margaux Gandelon, passionnée par ces félins, ouvrira les portes du "Café des chats", un lieu d'apaisement où les Parisiens pourront savourer un thé en caressant un chat.

La jeune femme est convaincue par les bienfaits du ronron sur la santé humaine, ou ronronthérapie. Une revendication qui est confirmée par les professionnels animaliers. "Quand l'organisme lutte contre des situations pénibles, comme le stress, le ronronnement du chat émet des vibrations sonores apaisantes et bienfaisantes, un peu comme la musique", explique Jean-Yves Gauchet, vétérinaire à Toulouse, qui revendique la paternité en France de la "ronron thérapie". En effet, le ronronnement du chat aurait des vertus thérapeutiques contre le stress, l'insomnie ou encore l'anxiété.

Au-delà de l'écoute du ronron, le doux bruitage du chat s'avère bénéfique pour l'esprit de l'homme. "C'est par le tympan mais aussi les corpuscules de Pacini, des terminaisons nerveuses situées au ras de la peau, que nous percevons le ronron qui émet des fréquences basses, entre 20 et 50 hertz. Des pensées positives et de bien-être sont alors transmises à notre cerveau", explique le vétérinaire.

La journaliste santé, Véronique Aiache a consacré un ouvrage à "La ronron thérapie". Elle y rapporte les résultats d'une étude menée dans les années 1950 par le corps médical américain sur le ronronnement. Il s'avère alors être "un puissant anti-stress, régulateur de la tension artérielle, boosteur des défenses immunitaires et un soutien psychomoteur", selon les chercheurs.

Le concept des "bars à chats" ne fait pas l'unanimité auprès des associations de protection animalière. "Ce qui me gêne dans la démarche c'est que l'animal soit relégué au rang de peluche. Les chats n'ont pas forcément envie d'être tripotés par les clients d'un bar", estime Christophe Marie, de la Fondation Bardot. Tout sera fait pour que leur tranquillité, leur besoin d'indépendance, et leur santé soient respectés, assure l'initiatrice du pojet. Car le bien-être que trouveront les clients dans ce lieu hors du commun dépendra aussi de celui de ces petites boules de poils qui viendront ronronner sous leurs caresses.

 

 

En savoir plus