Image d'illustration
Image d'illustration ©Elena Elisseeva

Violences conjugales : le 3919 désormais disponible 7 jours sur 7 et 24h sur 24

L'ouverture de cette ligne d'écoute 24h sur 24 devrait permettre aux femmes victimes de violences d'appeler plus facilement, d'autant plus si elles se trouvent dans les Outre-Mer, selon la directrice générale de la FNSF.

Rédigé le , mis à jour le

"Il faut que les femmes puissent se saisir du moment où elles sont les plus libres et disponibles pour appeler", y compris le soir et la nuit, explique Françoise Brié, directrice générale de la Fédération Nationale Solidarité Femmes (FNSF). L'extension des horaires du 39 19 était prévue depuis le mois de juin.

Jusqu'au samedi 28 août, le 39 19 était ouvert de 9h à 22h, et seulement jusqu'à 18h les jours fériés et les week-ends. Pourtant, d'après la directrice, les femmes doivent pouvoir appeler juste après avoir subi un événement violent. Or, "il y a souvent des scènes de violences le soir", précise-t-elle.

Pour rendre le numéro disponible en permanence, de nouvelles écoutantes ont été recrutées. "Elles sont toutes formées par la FNSF et issues des secteurs sanitaire et social", glisse Mme Brié. Dans ce type de situation, l'écoute nécessite de l'expérience et de l'expertise, ajoute-t-elle.

A lire aussi : En 2020, 102 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint

Accessibilité aux personnes malentendantes

Depuis le mois de juin, les services du 39 19 sont également disponibles pour les femmes malentendantes ou ayant des troubles du langage. De 9h à 18h, une traduction en langues des signes est disponible pour chaque appel sur le site de la FNSF.

En dehors de ces horaires, il reste possible pour ces personnes de contacter le numéro d'écoute : une application appelée Rogervoice permet de sous-titrer l'appel avec l'écoutante, explique Mme Brié.

"En France, on parle de 220 000 femmes qui subissent des violences physiques et sexuelles de la part de leur conjoint ou ex-conjoint  Et ce chiffre est sous-estimé, car il faut considérer toutes les autres formes de violence", rappelle Françoise Brié. Selon la directrice générale de la FNSF, une femme sur 10 est victime de violences en France.