1. / Se soigner
  2. / Greffes, don d'organes
  3. / Greffe de coeur

Coeur artificiel : ''un espoir formidable'' pour les patients ?

C'est "un espoir formidable" pour les patients. C'est ainsi que le président de la République a salué la greffe du premier cœur artificiel définitif développé par la société française Carmat.

Rédigé le , mis à jour le

Coeur artificiel : ''un espoir formidable'' pour les patients ?
Coeur artificiel : ''un espoir formidable'' pour les patients ?

François Hollande a adressé samedi ses « félicitations » et « encouragements » au Professeur Carpentier et à l'équipe de chirurgiens de l’hôpital Georges-Pompidou qui sont parvenus à réaliser cet exploit mercredi dernier. « Je tiens à vous adresser mes félicitations et mes encouragements. La France peut être fière de cette action exceptionnelle au service du progrès humain », a écrit le président dans une lettre de félicitations. « Cette prouesse médicale, qui est en réalité une découverte technique, constitue un espoir formidable pour les patients qui souffrent d’une insuffisance cardiaque évoluée », a ajouté le président.

LIRE AUSSI

Lors d'une conférence de presse, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a également tenu à féliciter le Professeur Alain Carpentier et les chirurgiens qui ont opéré, notamment les Professeurs Fabiani, Latrémouille, Duveau et Cholley et le Docteur Denis Méléard. « Il s'agit d'un saut qualitatif majeur qui vient d’être réalisé », a-t-elle dit. « Ce sont de très belles perspectives qui s'ouvrent ».

Pour le vieux compagnon de route du Professeur Carpentier, le Pr Deloche, également chirurgien cardiaque, traiter les patients atteints d’insuffisance cardiaque sévère est « la bataille du XXIème siècle ». Il décrit son confrère Alain Carpentier comme « un génie qui mérite le Nobel de la médecine. Un trouveur, au sens de De Gaulle. Il y a ceux qui cherchent, et ceux qui trouvent ».

Pour le Pr Frédéric Collart, chef du service de chirurgie cardio-thoracique à La Timone à Marseille, ce coeur artificiel est « une avancée intéressante, un bel outil très aboutit en terme de technologie, mais il n'est pas une révolution dans la prise en charge des patients ». Le chirurgien avance également les problème de poids et ceux du risque infectieux. « L'inconvénient du Carmat c'est que pour l'implanter on enlève tout le coeur. On a beaucoup plus de matériel implanté, donc beaucoup plus de problèmes infectieux », explique le chirurgien qui ne pense pas que les coeurs artificiels Carmat permettront de traiter des dizaines de milliers de patients.

Les médias étrangers sont restés discrets sur la prouesse de l'équipe du Professeur Alain Carpentier, qui a mis au point ce premier cœur 100% artificiel. Les principaux concurrents de Carmat dans la course à la fabrication de ce bijou technologique sont Synecardia Systems et Abiomed, tous deux américains. Un porte-parole de Synecardia s’est dit « très heureux pour Carmat ». « Nous leur souhaitons le meilleur dans le futur », a-t-il ajouté.

Nul doute, que les deux sociétés privées observeront attentivement l'évolution du patient transplanté. Synecardia avait déjà posé un cœur artificiel temporaire à un patient qui avait survécu avec pendant quatre ans.

Du côté des associations de patients, on se réjouit aussi.

« Enfin ils l'ont fait ! » déclare Michel Stragier, vice-président de l'association des greffés du cœur. « Si on peut leur mettre un cœur intelligent, c’est une manière pour eux de vivre, de survivre », estime-t-il. Mais il le répète, à ses yeux, « le combat principal reste celui du don d'organes, essentiel pour sauver le maximum de vies ».

Le président de l'Alliance du cœur, qui regroupe des associations de malades cardiovasculaires, évoque « l'espoir » que représente cette première transplantation pour les patients qui pâtissent de la pénurie de greffons. Philippe Thébault se félicite de l'impact que cette greffe pourrait avoir sur la recherche : « Je pense que cette technologie va stimuler la recherche, cela devrait permettre des prouesses supplémentaires ».

La présidente de la Fédération française des associations des greffés du cœur et des poumons, Claire Macabiau est plus mesurée. Même si elle parle « d’une très grande avancée attendue depuis des années », elle tempère son propos. « Il faut un peu de recul avant de savoir si l’opération a bien marché. Pour cela nous devons patienter au moins un mois. Je le souhaite évidemment pour le malade, mais ne nous emballons pas tout de suite », a-t-elle déclaré.

A ECOUTER

  • Interview de Claire Macabiau, le 21 décembre 2013 sur France-Inter

Même si l’avancée technologique est certaine, tous les insuffisants cardiaques ne seront pas éligibles à cette prothèse. Les insuffisances cardiaques concernent 600.000 personnes en France. Et aujourd’hui, environ 700 patients sont en attentes d’une greffe du cœur.