Les futurs médecins généralistes passeront plus de temps de formation en médecine de ville

À partir du 1er novembre, les internes passeront un an, au lieu de six mois, dans le cabinet d'un médecin expérimenté de ville.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

"Mon objectif, c'est de transmettre mon exercice et mon plaisir à exercer : la continuité des soins, la prise en charge de tous les âges de la vie et une relation très particulière entre le patient et son médecin qu'ils ne verront pas à l'hôpital", explique le Dr Anne-Marie Loscheider. Depuis vingt ans, elle accueille dans son cabinet de futurs médecins généralistes. Au départ, le stage était de deux semaines. Il dure maintenant six mois, et bientôt ce sera un an.

Une expérience très enrichissante pour Julien Boize, actuellement interne du Dr Loscheider : "Parfois, les gens viennent juste parce qu'ils ont besoin de parler, parce qu'ils ne sont pas bien dans leur vie, parce que ça ne se passe pas bien au travail... Ça, quand on arrive dans le cabinet, on ne l’a jamais fait !".

En plus de la diversité des situations des patients, le rythme et la nature de leur prise en charge changent aussi énormément entre l'hôpital et le cabinet. "Quand un patient arrive en consultation, il a un motif de consultation, parfois un motif caché qu'il va falloir cerner très vite" pour le Dr Loscheider. "Il y a ensuite des choses que l'on décèle à l'examen clinique puis en quelques minutes il faut faire une synthèse de tout ça et prendre une décision thérapeutique adaptée".

Pour faciliter l'installation des futurs généralistes en ville, leur formation a été réorganisée à partir du 1er novembre. Pendant leurs trois ans d'internat, ils auront désormais deux fois plus de temps hors de l'hôpital. Mais cette réforme ne sera pas appliquée dès cette année. Il manque encore dans toutes les universités un grand nombre de maîtres de stage. Le recrutement de médecins généralistes expérimentés est en cours.