Le gouvernement dément vouloir supprimer 16.000 lits d'hôpital en trois ans

Le gouvernement dément vouloir supprimer 16.000 lits d'hôpital en trois ans

Le ministère de la Santé a démenti ce 30 mars vouloir supprimer 16.000 lits dans les hôpitaux français en trois ans, en réaction à un article du Figaro publié le même jour. Celui-ci se référait à un "document interne" de la Direction générale de l'offre de soin qui évoquait également de futures suppressions d'effectifs.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Dans un article publié le 30 mars, le Figaro indique qu'un "kit de déploiement" à usage interne prévoit des "adaptations capacitaires" concernant 570 services hospitaliers en France. Ce qui revient, selon le quotidien, à exiger la fermeture de "15.960 lits" sur le territoire, soit "10% des lits en chirurgie et médecine actuellement disponibles". Le journal publie une carte de France détaillant ces suppressions de lits, citant des documents internes à la Direction générale de l'offre de soins.

Dans un communiqué, le ministère des Affaires sociales et de la Santé dément fermement les données présentées dans cet article de presse : "il n'existe pas de plan de fermeture de lits, pas plus qu'il n'existe de plan de fermeture des sites d'urgence", explique-t-il, parlant de chiffres issus "de documents de travail de l'administration datés, et qui n'ont par ailleurs jamais été pris en compte dans le plan d'économies du gouvernement".

Le Figaro ajoute que "c'est bien le personnel hospitalier qui travaille à leur chevet qui est visé". Le ministère de la Santé répond que le gouvernement entend au contraire "préserver les effectifs hospitaliers". Depuis 2012, "il n'y a pas eu [et il n'y aura pas] de baisse d'effectifs", [...] près de 30.000 soignants et non soignants en plus ont été recrutés à l'hôpital. En 2016, ce sont ainsi 1,3 milliard d'euros de plus que le gouvernement a accordé aux établissements de santé français", ajoute-t-il.

Le gouvernement a prévu un plan d'économies à hauteur de trois milliards d'euros pour les hôpitaux d'ici 2017, portant notamment sur le développement de la chirurgie ambulatoire (permettant une sortie de l'hôpital le jour de l'intervention) et la maîtrise de la masse salariale.

Prenant acte des annonces du ministère, la Fédération hospitalière de France (FHF) indique dans un communiqué qu'elle attend désormais "des pouvoirs publics "qu’ils donnent des consignes fermes aux Agences régionales de santé (ARS) afin que prennent fin les injonctions [...] actuellement adressées aux établissements pour qu’ils procèdent à des fermetures de lits d’ici 2017". Elle appelle "ses adhérents à lui faire remonter toutes les injonctions des ARS se traduisant par des fermetures de lits a priori et non portées par des projets médico-soignants".