Hôpital de Reims : un cadeau américain

La Première Guerre mondiale a coûté la vie à 1.400.000 Français. Mais aussi à 116.000 Américains qui avaient traversé l'Atlantique pour nous soutenir. En plus de ce sacrifice, nos alliés sont restés solidaires à la fin du conflit. Ils ont offert un hôpital pédiatrique à la ville de Reims.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Bien moins connus que les héros du débarquement de 1944, des dizaines de milliers de soldats américains sont venus combattre aux côtés des Français dans les tranchées de 14-18. Déjà mobilisées pour leur envoyer de l'aide pendant la guerre, les familles américaines ont poursuivi leur élan de générosité après l'armistice. Elles ont choisi d'aider une ville détruite par la bataille de la Marne : Reims. "L'hôpital de Reims n'existait plus à la fin de la guerre. Les Américains ont donc décidé de construire l'hôpital pour les enfants. Ils ont alors fait une souscription partout aux Etats-Unis pour trouver de l'argent pour le faire", se souvient Gerald Shea, président de l'American Memorial Hospital.

Cette souscription permet de lever près d'un million de dollars pour un hôpital pédiatrique. Par solidarité envers les Français décimés par la guerre mais aussi en hommage à leurs propres victimes. Et comme certains sont dans des fosses communes, sans sépultures identifiées, l'hôpital sera leur monument. Il s'appelle donc l'American Memorial Hospital. Il est inauguré en 1925, un tour de force permis par l'énergie hors du commun d'une Américaine : le docteur Marie-Louise Lefort.

Arrivée à Reims dès 1918, le Dr Lefort a conçu avec les architectes cet établissement sobre et fonctionnel. Construit un peu à l'écart de la ville, il est entièrement autonome à l'heure où la région se relève doucement du conflit. La première équipe médicale autour du Dr Lefort est très américaine. Pour leur hôpital, ils ont pu choisir tout ce qu'il y avait de mieux.

À côté du matériel médical de pointe, l'hôpital est décoré de fresques pour adoucir l'hospitalisation des jeunes malades. Une attention rare à l'époque, un cadeau dont l'origine est rappelée dans chaque pièce. Des fonds dont une partie avait été placée et qui assurent encore des revenus à l'hôpital aujourd'hui.

Désormais l'établissement fait partie du CHU de Reims. Mais plus de dix projets de recherche sont financés par le comité américain pour que les enfants d'aujourd'hui, comme ceux d'hier, continuent à bénéficier des meilleurs soins.