Albert Schweitzer, précurseur de la médecine humanitaire

Le docteur Albert Schweitzer est pour une génération de médecins une icône, un symbole… Mais pour d'autres, il reste un illustre inconnu. Le 4 septembre 2015 marquait les 50 ans de son décès. Retour sur les événements marquants de la vie de cet Alsacien franco-allemand, prix Nobel de la Paix en 1952 considéré comme le pionnier de la médecine humanitaire.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Albert Schweitzer, un nom, une moustache, une certaine vision de la vie… C'est l'histoire d'un Alsacien, né allemand en janvier 1875, puis devenu français en 1920. Talentueux musicien, il fait des études de théologie, de philosophie, puis devient pasteur. Mais c'est en 1905 que sa vie prend un tournant.

"À 30 ans alors qu'il est au sommet de sa carrière, il reçoit un bulletin d'appel à candidatures pour un médecin pour un dispensaire au fin fond du Gabon. Il n'était pas du tout médecin, il n'avait rien à voir avec la médecine, il était pasteur. Il a eu un choc et en lisant cet appel, il a décidé de changer sa vie et de répondre à cet appel. Il a donc commencé sa médecine à 30 ans", raconte le Pr Alain Deloche, petit neveu d'Albert Schweitzer, fondateur de la Chaîne de l'espoir.

Huit années de médecine plus tard, il prend donc la direction du Gabon et de Lambaréné, un village perdu dans la forêt équatoriale pour y fonder en 1913 son premier hôpital. À Lambaréné, Albert Schweitzer n'a pas imposé le fonctionnement de la médecine européenne, préférant s'adapter à la population locale et ses coutumes. Une première en cette époque coloniale.

Au Gabon, le Dr Albert Schweitzer doit aussi faire face aux fléaux locaux : lèpre, paludisme, tuberculose… Il fait donc venir d'Europe et des Etats-Unis des médicaments qu'il finance grâce à des dons privés et aux recettes de ses concerts et conférences. Rendre la médecine accessible à tous, tel est le sens de l'engagement d'Albert Schweitzer, pionnier de la médecine humanitaire.

Un dévouement reconnu et récompensé en 1952 par le prix Nobel de la Paix. Alfred Schweitzer restera au total près de 40 ans dans la forêt gabonaise, jusqu'à sa mort le 4 septembre 1965 à l'âge de 90 ans.