Prothèses PIP : huit cas de cancers signalés

Prothèses PIP : huit cas de cancers signalés

Le Comité de suivi des quelque 30 0000 femmes porteuses des prothèses mammaires défectueuses PIP recense actuellement tous les cas de cancers survenus chez ces femmes. Huit cas de cancers ont pour l’instant été signalés.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Huit cas de cancer ont été signalés chez des patientes ayant eu des prothèses mammaires PIP défectueuses. Parmi ces huit cas, cinq femmes ont un cancer du sein adénocarcinome, une femme est décédée d'un lymphome rare du sein, une autre souffre d'un lymphome de l'amygdale et une dernière d'une leucémie.

Il s'agit d'un premier décompte annoncé par le Pr. Jean-Yves Grall, directeur général de la Santé, lors du premier "Comité de suivi" des femmes porteuses de prothèses mammaires PIP, créé à la demande du gouvernement.

Il faut noter que la femme à l'origine de l'ouverture d'une information judiciaire à Marseille sur les prothèses PIP, et décédée d'un cancer dans le Gers, n'est pas répertoriée parmi ces huit cas. Car son dossier n'a toujours pas été transmis aux autorités sanitaires.

Toutefois bien que l'on sache les prothèses frelatées, elles ne seraient pas nécessairement responsables de tous ces cas de cancers mentionnés. Le patron de l'Institut national du Cancer (INCa), Dominique Maraninchi rappelle la fréquence du cancer du sein (adénocarcinome), avec ou sans prothèses. "Une femme sur dix a, a eu ou aura un cancer du sein", rappelle-t-il. On n'a pas d'a priori sur le lien de cause à effet". Et le Comité de suivi écrit qu'"à ce jour l'imputabilité [n'a pas pu être établie] entre ces cas de cancer et le port de prothèses mammaires PIP".

Le Pr. Grall a rappelé qu'"il est demandé à tous les praticiens de contacter les patientes qui ont eu des prothèses PIP." Pourant les femmes de l'association de défense de prothèses PIP (PPP) déplorent que ce ne soit pas le cas. Elles sont nombreuses, comme Caroline, 27 ans, à avoir fait la démarche elles-mêmes de demander à leur chirurgien le type de prothèses qu'elles portaient. "C'est moi qui l'ai contacté, pas lui", assure ainsi Caroline.

Lors de la réunion du Comité, hier, l'association PPP et celle du Mouvement de Défense des Femmes Porteuses d'Implants et de Prothèses (MDFPIP), ont réclamé la prise en charge du remplacement des prothèses posées pour raisons esthétiques.

Mais si le retrait est pris en charge pour toutes les femmes ayant ces prothèses, seules les 20 % de femmes qui portaient ces prothèses à titre de reconstruction après un cancer du sein bénéficieront d'une prise en charge pour le remplacement de leurs prothèses. Les chirurgiens devraient donc être encouragés à éviter les dépassements d’honoraires. Les 80 % qui les portaient à des fins esthétiques n'ont pas eu gain de cause.

Depuis mars 2010, on a recensé 523 retraits de ces prothèses. Plus de 2 000 porteuses de prothèses mammaires PIP ont porté plainte. Le parquet de Marseille a décidé d'ouvrir une information judiciaire pour "blessures et homicide involontaire".

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Et aussi :