Prothèses PIP : des résultats de plus en plus inquiétants

55 % des cas de ruptures de prothèses mammaires PIP constatées sont survenues dans les cinq années suivant la pose. C'est ce qui ressort de la dernière réunion du Comité de suivi qui a eu lieu lundi 6 février 2012, au ministère de la Santé.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le
Prothèses PIP : des résultats de plus en plus inquiétants

L'Afssaps a dénoncé une nouvelle fois la mauvaise qualité des prothèses mammaires de la marque PIP, à l'issue de la dernière réunion du Comité de suivi. 55% des cas de ruptures constatées sur les 1 379 déclarées à l'Afssaps sont survenues dans les cinq années suivant la pose des prothèses. "Ce sont des ruptures extraordinairement précoces. Cela conforte notre recommandation d'explanter", a souligné le Pr. Dominique Maraninchi, le directeur général de l'Afssaps.

Par ailleurs, 875 réactions inflammatoires ont été recensées. Des inflammations qui peuvent s'expliquer par "une membrane de mauvaise qualité" des prothèses PIP, "un gel corrosif qui abîme la membrane" ou encore "une perspiration (suintement) du gel à travers la membrane", a expliqué le Pr. Dominique Maraninchi.

Le gouvernement avait recommandé que le retrait des implants mammaires PIP soit proposé aux 30 000 femmes qui les portent, même en l'absence de signes de détérioration de l'implant. Le message semble être passé : 877 cas de retraits préventifs sans signe de rupture ou d’inflammation, ont été pratiquées, soit 205 de plus que fin décembre.

Une étude épidémiologique sera lancée le mois prochain sur un échantillon de 1 400 femmes ayant subi une rupture de prothèse PIP. Cet échantillon de femmes sera suivi afin d'analyser les risques potentiels liés à ces ruptures, il sera comparé à des échantillons de femmes ayant subi une rupture de prothèse mammaire d'autres marques, et ayant été volontairement explantées.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :