Pourquoi Emmanuel Macron veut remettre les médecins retraités au travail

Le président de la République Emmanuel Macron a annoncé que les médecins retraités pourront cumuler revenus salariés et pension de retraite. Une solution selon lui pour lutter contre les déserts médicaux.

Mathieu Pourvendier avec AFP
Rédigé le , mis à jour le
 "Les conditions de travail à l'hôpital n'ont pas assez changé malgré le Ségur, j'en suis totalement conscient et je veux dire qu'on va se mobiliser à fond", a-t-il déclaré
"Les conditions de travail à l'hôpital n'ont pas assez changé malgré le Ségur, j'en suis totalement conscient et je veux dire qu'on va se mobiliser à fond", a-t-il déclaré  —  shutterstock

Médecins retraités, déserts médicaux, échec de réforme des hôpitaux sont les trois sujets santé évoqués le 26 octobre par Emmanuel Macron, lors de l’émission L’évènement sur France 2. Le chef de l’État a tout d'abord informé que les médecins à la retraite pourront continuer à travailler et à toucher le revenu de leur activité salariée, sans les cotisations de retraites. 

Cumul emploi-retraite

Un cumul emploi-retraite qui leur permet d'ajouter ce revenu à leur pension de retraite."On a 25% de nos médecins généralistes qui ont plus de 60 ans" a-t-il justifié. "Tous les médecins qui arrivent à la retraite, on va leur permettre de prendre leur retraite, mais au premier jour de leur retraite, ils pourront continuer à exercer leur activité en touchant l'intégralité de leurs revenus sans cotisations retraites".

Pourquoi une telle mesure ? L’objectif est de lutter contre les déserts médicaux. Le manque de médecins est en effet devenu un véritable problème dans de nombreuses régions française. Permettre aux médecins à la retraite de continuer à travailler compenserait alors le manque de soignants dans les zones les plus touchées.

Convaincre le personnel soignant parti de revenir

Néanmoins, cela ne suffirait pas à résoudre le problème des déserts médicaux. C'est pourquoi le gouvernement propose en parallèle de convaincre les soignants partis de revenir. En effet, le Covid a épuisé "plein de soignants qui ont arrêté" et "sont partis faire autre chose", par "découragement" et "lassitude" observe le chef de l’exécutif. Afin de "convaincre celles et ceux qui viennent de partir de revenir", il promet d'"améliorer beaucoup plus vite qu'on ne le fait, les conditions de travail à l'hôpital, en simplifiant leur vie (et) en simplifiant le quotidien".      

"Je veux aussi qu'on réforme l'organisation de nos hôpitaux, que les soignants retrouvent le pouvoir à l'échelle du service", a ajouté le président, évoquant aussi un travail "mieux payé la nuit et les week-ends".

À lire aussi :  Faut-il rallonger d'un an les études de médecine pour lutter contre les déserts médicaux ?  

"On va se mobiliser à fond"

Sur le sujet des hôpitaux, Emmanuel Macron a reconnu avoir échoué à mener à bien une réforme. "Les conditions de travail à l'hôpital n'ont pas assez changé malgré le Ségur, j'en suis totalement conscient et je veux dire qu'on va se mobiliser à fond", a-t-il déclaré.       

Au Ségur de la santé en juillet 2020, le gouvernement avait réalisé des revalorisations inédites dans les hôpitaux, cliniques et maisons de retraite - plus de 10 milliards d'euros par an - doublées d'un plan d'investissement de près de 20 milliards sur la décennie en cours. Des mesures que de nombreux soignants avaient alors jugé "très décevantes" et insuffisantes.

Ségur de la Santé : un coup de pouce trop tardif ?  —  Le Magazine de la Santé

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !