1. / Maladies
  2. / Psychiatrie
  3. / Suicide

Suicide chez les policiers : mise en place d'une cellule d’écoute

Depuis janvier, 28 policiers se sont donné la mort. Pour endiguer ce fléau, le ministre de l’Intérieur veut accélérer le plan de prévention lancé en 2018.

Rédigé le

Suicide chez les policiers : mise en place d'une cellule d’écoute
© Fotolia / mario beauregard

27% des personnes ayant des pensées suicidaires mettent en cause une raison professionnelle, d’après le dernier rapport de l’Observatoire national du suicide (ONS). Et depuis 2018, les policiers sont en première ligne. L’année dernière en effet, plus de 30 policiers ont mis fin à leurs jours. Depuis janvier 2019, c’est encore pire : 28 membres de la profession se sont suicidés. Le 12 avril, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a donc annoncé la création d'une "cellule alerte prévention suicide" spécifique à ce métier. Elle est inaugurée ce 29 avril.

Accompagner et prévenir le passage à l'acte

Un plan avait déjà été lancé l’année dernière par l'ancien ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, mais Christophe Castaner souhaite l’accélérer, au vu des chiffres alarmants de 2019. Cette cellule a pour missions d’assurer la bonne mise en œuvre du plan d’action et de piloter le travail du ministère de l'Intérieur. Ses agents souhaitent également sensibiliser la hiérarchie. La cellule est dirigée par la sous-directrice de la prévention, de l'accompagnement et du soutien Noémie Angel, aidée du médecin-psychiatre Jean-Louis Terra.

Si une ligne téléphonique de soutien psychologique à destination des policiers existait déjà, elle sera maintenant disponible 24 heures sur 24 et sept jours sur sept dès le mois de juin. Le but : accompagner, prévenir le passage à l'acte et mettre en relation avec des spécialistes.

Selon l’ONS, le suicide a été la cause de 8.885 morts en France métropolitaine en 2014. Parmi les personnes décédées, on compte 6.661 hommes et 2.224 femmes.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr