1. / Maladies
  2. / Maladies infectieuses et tropicales
  3. / Ebola

Ebola : enfin un traitement efficace

C'est une lueur d'espoir pour toute l'Afrique de l'Ouest. Le favipiravir, un médicament contre le virus Ebola, est actuellement à l'essai en Guinée, le berceau de cette épidémie sans précédent. Les premiers résultats de l'essai clinique mené par l'Inserm, au centre de traitement de la ville de Nzérékoré, sont encourageants : le taux de survie avoisine les 50% pour les patients présentant un taux de réplication du virus faible ou modéré, et dont les viscères ne sont pas atteintes. Le médicament ne semble toutefois pas efficace pour les cas les plus avancés.  

Rédigé le , mis à jour le

Comprimés d'Avigan® (DR)

Il s'agit du seul traitement potentiel contre Ebola susceptible d'être efficace, rapidement produit et facile à utiliser. Les comprimés d'Avigan® (favipiravir), un antiviral japonais, réduisent de moitié le risque de mortalité des malades avec une charge virale faible ou modérée. Selon les chercheurs, pour ce type de malades, les risques de mourir d'Ebola passeraient de 30% à 15%. Après des tests sur 80 malades, adultes et enfants, les résultats préliminaires sont plutôt positifs, a annoncé l'Inserm qui a supervisé l'essai clinique, débuté le 17 décembre dans un centre de Médecins Sans Frontières (MSF) en Guinée.

L'Inserm a officiellement présenté le 24 février 2015 les résultats préliminaires de l'essai clinique JIKI, qui évalue l'efficacité du favipiravir pour réduire la mortalité liée à Ebola.

Selon les chercheurs, ce médicament présente "des signes d'efficacité encourageants" (taux de survie d'environ 50%) chez les personnes "qui arrivent dans les centres de soins avec un niveau élevé ou moyen de réplication virale" et qui n'ont pas encore développé de lésions viscérales trop sévères. Le traitement s'avère en revanche sans efficacité "chez les personnes qui arrivent aux centres de soin avec un niveau très élevé de réplication virale et qui ont déjà des atteintes viscérales graves".

Mais les résultats scientifiques n'ont pas été détaillés ni encore officiellement publiés "selon les modalités habituelles de communication scientifique", avait précisé l'Inserm à l'AFP, le 6 février 2015. "Les résultats obtenus sont encourageants. Ils montrent une réduction du nombre de décès chez les adultes et adolescents ayant une faible multiplication du virus. La guérison est accélérée", s'enthousiasmait l'Elysée. Ces résultats suscitent un "espoir raisonnable" et "ouvrent de nouvelles perspectives pour l'accès à un traitement" mais une "validation chez un plus grand nombre de patients est nécessaire", a tout de même souligné l'Elysée.

L'efficacité de l'Avigan® aurait été démontrée chez l'homme

"Cet essai est l'essai clinique le plus large jamais réalisé vis-à-vis du virus Ebola" a ajouté l'Élysée. Le groupe japonais a quant lui précisé qu'il disposait de "réserves suffisantes pour plus de 20.000 personnes".

Avant cet essai, ce traitement, qui dispose déjà d'une autorisation de commercialisation au Japon pour combattre certaines formes de grippe, s'était montré efficace contre Ebola mais uniquement sur les animaux.

Plus récemment, l'Avigan® été utilisé comme traitement d'urgence pour des soignants contaminés, en particulier la jeune infirmière de MSF rapatriée et soignée avec succès en France à l'automne 2014. Un autre essai clinique mené au Liberia avec un autre traitement expérimental, le brincidofovir, a été arrêté début février faute de cas, en raison du ralentissement de l'épidémie.

VOIR AUSSI :

Sponsorisé par Ligatus