1. / Maladies
  2. / Maladies infectieuses et tropicales
  3. / Coronavirus

Coronavirus : un médecin relais avec la communauté chinoise en France

Le Dr Na Na est chargée depuis 5 ans de la "Consultation d'Interface Médicale Sino-Française" dans le service d’accueil des urgences de la Pitié-Salpêtrière. Elle est un relais essentiel avec les patients chinois qui cherchent des informations sur le coronavirus.

Rédigé le

Interview réalisée le 10/02/2020

Le Dr Na Na est vraiment au coeur de la détection précoce des cas de coronavirus en France. Depuis 3 semaines, cette jeune médecin reçoit cinq à dix messages par jour de personnes inquiètes à cause du coronavirus. Car en plus de sa consultation à l'Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, elle est joignable presque 24h/24 via une adresse mail. Ceux qui la contactent sont soit en voyage à Paris, soit des personnes qui vivent ici mais qui ne parlent pas assez bien français pour appeler directement le 15.

Identifier les personnes à risque

Dès qu’elle soupçonne une contamination par le coronavirus à partir des éléments présentés par la personne, elle appelle. Parfois, c’est évident, elle peut les rassurer facilement. Ou à l’inverse, elle suggère directement de faire le 15. En expliquant bien qu’il ne faut surtout pas aller directement à l’hôpital comme ils le feraient naturellement en Chine.

Quand le signalement nécessite des précisions, pour ne pas surcharger le SAMU d’appels, elle contacte la personne pour l'interroger. A la fois sur les symptômes bien sûr mais aussi sur la zone de Chine où la personne a voyagé, si elle est allée dans un hôpital… Elle peut même leur conseiller de consulter un site mis en place par le gouvernement chinois qui permet de rentrer son numéro de vol et savoir si une personne contaminée était à proximité.

Préciser le trajet de la personne en Chine

Et depuis quelques jours, ce sont moins des voyageurs directs qui la contactent que des personnes inquiètes d’avoir été contaminées par quelqu’un rentré de Chine. Elle regarde donc précisément les données disponibles sur le nombre de cas dans les lieux où la personne « source » s’est trouvée. Cela lui permet d’évaluer le niveau de risque. Souvent, ce sont des personnes qui ont du mal à parler français donc elle essaie de faciliter au maximum le travail de ses collègues en prenant le temps de bien discuter. Ensuite, elle peut soumettre le « dossier » à ses collègues, SAMU ou service des maladies infectieuses, pour voir ce qu’ils en pensent…

Accompagnement de deux malades hospitalisés à Paris

C’est elle qui a été le premier contact du jeune couple de touristes chinois hospitalisés à l’Hôpital Bichat à Paris. Elle les a accompagné au fil de leur parcours. Quand ils ne comprenaient pas les documents à signer, le Dr Na Na leur a traduit, permettant ainsi leur participation aux protocoles de recherche. Un élément essentiel à la meilleure compréhension du coronavirus. Après une évolution momentanément inquiétante pour lui, ils vont bien tous les deux. Et on même quitté l’hôpital.

Certains membres de la communauté chinoise lui font part de réactions un peu agressives de la part des Français. Elle essaie de les rassurer sur le fait qu’il s’agit d’une réaction temporaire, à cause du virus.. et c’est de la peur, pas du racisme..

Des nouvelles difficiles de Wuhan

Le Dr Na Na est en contact avec des médecins des hôpitaux de Wuhan où elle a fait une partie de sa formation. C’est difficile, ils manquent beaucoup de matériels. Pour ne pas gâcher une tenue de protection tant qu’elle peut être utilisée, ils portent des couches toute la journée…

Parmi ses anciens collègues, certains ont été touchés, l’un d’eux est encore en quarantaine et trois sont guéris, déjà de retour à leur poste.  

Voir aussi sur Allodocteurs.fr