1. / Maladies
  2. / Intestins et estomac
  3. / Diverticulose

Diverticulose du côlon : une question de fibres !

Lors d'une coloscopie, la caméra découvre souvent dans le côlon des polypes, des excroissances développées à partir de la paroi du tube digestif. Mais parfois, le gastro-entérologue annonce un diagnostic moins connu : des diverticules... La diverticulose est une affection du côlon fréquente, mais peu connue.

Rédigé le , mis à jour le

Diverticulose du côlon : une question de fibres !
Diverticulose du côlon : une question de fibres !
Sommaire

Des hernies intestinales

Les explications anatomiques avec Benoît Thevenet et Michel Cymes

Des douleurs en bas de l'abdomen, du côté gauche ? C'est peut-être votre côlon qui souffre. Ou plus précisément le sigmoïde, une partie du côlon sur laquelle il peut se former des diverticules (petites déformations) qui s'infectent et s'enflamment. On parle alors de sigmoïdite ou de diverticulite sigmoïdienne. La sigmoïdite est une pathologie très douloureuse qui toucherait plus d'un individu sur deux principalement après 65 ans.

Le côlon fait partie du tube digestif, il fait suite à l'intestin grêle. Ce gros intestin mesure 1 mètre 60. Le sigmoïde est une zone en forme de S située à la fin du côlon descendant juste avant le rectum. Dans 90% des cas, la paroi intestinale du sigmoïde renferme de petites hernies, ce sont des diverticules. Et 10% des diverticules sont présents dans le reste du côlon. Il n'y en a jamais sur le rectum.

Les diverticules se forment au niveau de zones de faiblesse de la paroi. Ce sont de petites poches où peuvent se loger les bactéries, ce qui peut provoquer une inflammation : on parle alors de diverticulite sigmoïdienne ou de sigmoïdite diverticulaire.

La maladie se présente un peu comme une appendicite à gauche. Les principaux symptômes sont des douleurs abdominales, elles peuvent irradier jusqu'au pubis ou à l'anus. On note aussi de la fièvre et des signes urinaires. Les analyses sanguines révèlent les signes classiques d'infection et d'inflammation.

Les complications de la diverticulose

Les diverticules sont surnommés les "rides du côlon". À 80 ans, on estime qu'un Français sur deux en a

La diverticulose est une affection habituellement peu grave, et les malades n'en souffrent pas. Ce sont les formes compliquées qui sont responsables de manifestations : douleurs abdominales, fièvre, troubles du transit. On parle alors de maladies diverticulaires.

La diverticulite ou sigmoïdite est la plus fréquente de ces maladies. Il s'agit de l'inflammation d'un ou plusieurs diverticules. C'est souvent à cette occasion que les patients apprennent l'existence de diverticules. Environ 80% des malades atteints de diverticulite ignorent en effet qu'ils étaient porteurs de diverticules.

Fièvres, nausées et vomissements sont les signes d'une diverticulite. Ils s'accompagnent d'une douleur vive et il peut y avoir du sang dans les selles. Le transit est généralement perturbé. La diverticulite se manifeste par une ou plusieurs crises, mais elle peut également devenir chronique, l'inflammation étant constante, même entre deux crises.

Parfois, la vessie peut être touchée puisqu'elle se situe à proximité. Le risque est alors que les parois fusionnent et s'abîment au point de créer une ouverture entre les deux. Le symptôme d'alerte est alors l'infection urinaire.

Comment éviter la diverticulose ?

Le meilleur moyen de soigner une diverticulose ou de s’en prévenir est d’ôter la partie malade du côlon

La grande majorité des patients n'ont jamais besoin d'être opérés. Il leur suffit de lutter contre la principale cause de développement des diverticules : une alimentation trop pauvre en fibres qui favorise un transit trop lent et un excès de pression dans le côlon. Il faut manger du pain complet, du son et des légumes.

Les infections sont souvent contrôlées par des antibiotiques. Ce n'est alors qu'en cas de récidive ou de formation d'abcès, que la chirurgie peut être envisagée.

La chirurgie est aussi indispensable lorsque les diverticules provoquent des saignements importants de la paroi du côlon. L'atteinte de la vessie et les infections urinaires à répétition imposent également un passage par le bloc opératoire.

Généralement pour traiter les sigmoïdites, les traitements médicamenteux suffisent. Mais dans certains cas, une intervention chirurgicale est nécessaire. Les sigmoïdites opérées sont le plus souvent la conséquence d'une complication des diverticulites avec une infection et une perforation dangereuse. Il faut alors procéder à l'ablation du sigmoïde.