1. / Maladies
  2. / Gynécologie
  3. / Fibromes

Les fibromes utérins

Ch@t du 18 février 2013 de 15h à 16h : le Dr Alain Tamborini, gynécologue et le Dr Shérazade Bensaïd, gynécologue, sénologue à l'Hôpital Georges Pompidou à Paris ont répondu à vos questions. Les fibromes utérins sont des tumeurs bénignes, non cancéreuses, qui s'installent sur la paroi de l'utérus, de façon isolée ou en groupe, ils apparaissent généralement chez les femmes après l'âge de 30 ans. Leur taille peut varier jusqu'à atteindre la taille d'un pamplemousse, voire davantage. La plupart du temps, ils n'entraînent aucun symptôme, ils ne sont pas dangereux mais peuvent parfois être très gênants et provoquer des saignements menstruels abondants, toutes sortes de douleurs et des envies fréquentes d’uriner, ils occasionnent parfois des problèmes de fertilité.

Rédigé le , mis à jour le

Les fibromes utérins
Les fibromes utérins

On distingue 3 types de fibromes utérins, selon leur emplacement. On connaît mal la cause des fibromes mais leur existence est probablement le résultat d’un ensemble de facteurs génétiques, hormonaux et environnementaux. Il semble que le fibrome ait pour origine une seule cellule de la paroi utérine qui subit une mutation génétique et commence à se multiplier de façon incontrôlée. Les oestrogènes qui sont les hormones féminines, agissent sur ce fibrome en stimulant sa croissance. L’hérédité peut aussi jouer un grand rôle.

Le fait d’être enceinte, de prendre des contraceptifs oraux ou de suivre une hormonothérapie augmente la présence d’oestrogènes dans l’organisme. 2 % à 4 % des femmes enceintes ont un fibrome qui se révèle pendant la grossesse. Quant à la prise de contraceptifs oraux, ils ralentissent plutôt la croissance du fibrome, surtout lorsqu’ils se sont formés tôt à l’adolescence.

Après la ménopause, les fibromes régressent progressivement en raison du déclin de la production d’oestrogènes et, s’ils ne sont pas trop gros, ils finissent par disparaître. L’hormonothérapie de remplacement après la ménopause n’entraîne que rarement une légère croissance des fibromes. En effet, les doses d’oestrogènes contenues dans ces hormones de remplacement sont très faibles.

Sur Allodocteurs.fr

Questions/réponses :

Ch@t :

Dans le forum :

Ailleurs sur le web

 

 

Sponsorisé par Ligatus