1. / Maladies
  2. / Cerveau et neurologie
  3. / Autisme

Autisme

Ch@t du 8 avril 2013 de 15h à 16h : le Dr Nadia Chabane, pédopsychiatre à l'hôpital Robert Debré et le Dr Mélina Huc-Chabrolle, pédopsychiatre à Tours ont répondu à vos questions. L'autisme ou plus généralement les troubles du spectre autistique (TSA) sont des troubles du développement humains caractérisés par une interaction sociale et une communication anormale, avec des comportements restreints et répétitifs. L’autisme est extrêmement complexe et recouvre plusieurs troubles différents qui se manifestent d'une manière proche cliniquement. Les causes sont pour la plupart inconnues et semblent multifactorielles (génétiques et environnementales), la part génétique est prépondérante mais reste encore mal comprise.  

Rédigé le , mis à jour le

Autisme
Autisme
Sommaire

Les réponses du le Dr Nadia Chabane, pédopsychiatre à l'hôpital Robert Debré

  • Y a t-il un accompagnement psychologique pour les parents d'autistes ? Est-ce une priorité ? Quelles entités peuvent aider les parents à surmonter le choc du diagnostic ?

Cet accompagnement est encore insuffisant mais nécessaire. Des groupes de parents peuvent aussi être utiles pour pouvoir échanger et bénéficier de l'expérience des autres parents. Dés lors que l'enfant a été diagnistiqué, il est essentiel que les parents soient accompagnés avec une guidance parentale qui leur permet d'être le plus proche possible de leur enfant en terme de communication et d'adaptation. Ce sont ces démarches qui nécessitent d'être développées pour mieux répondre aux besoins des parents.

  • L'autisme peut-il s'accompagner d'un retard du développement moteur ? Mon petit-fils de 18 mois commence avec difficulté à s'asseoir seul, il rampe mais ne se tient pas du tout debout (bien qu'il fasse de la psychomotricité depuis qu'il a 1 an) il fait le signe d'au revoir de la main, ne mange pas seul, a dit quelques fois papa. Je suis très inquiète. Qui consulter dans son cas ?

Il est important que votre petit fils est un examen neurologique complet afin de vérifier s'il n'y a pas une cause particulière à ce retard psychomoteur.

  • Mon fils est actuellement sous concerta® 18 mg il a été diagnostiqué autiste de haut niveau par un médecin, pensez-vous qu'on peut lui supprimer ce médicament ?

Ce traitement est utile sur deux dimensions : l'hyperactivité motrice et le déficit attentionnel. Les difficultés attentionelles sont très fréquentes dans les troubles du spectre autistique et peuvent générer des difficultés d'apprentissage, le concerta® peut être un outil supplémentaire pour aider l'enfant dans ses acquisitions et son adaptation à partir du moment où le traitement est bien toléré.

  • On parle beaucoup des enfants mais que faire d'un ado quand le CRA demande un an d'attente pour un premier RDV ? A priori, mon fils serait Hasperger, caché depuis tout petit par de l'hyperactivité...

Il existe aujourd'hui des centres de référence Asperger en France où vous pourriez demander un RDV. Ils dépendent du réseau fondamental (voir sur google)...

  • Mon fils a fait une détresse respiratoire à la naissance due à une inhalation méconiale sévère, il a subi une ECMO, aujourd'hui il a 18 mois et se développe très bien pour l'instant, risque t-il de développer un autisme plus tard à cause de ce qu'il a eu ?

Un développement harmonieux à 18 mois est un signe très rassurant, donc à priori pas de souci. Seules des modifications sévères de la communication et du contact pourraient vous avoir alertée.

  • Y a t-il des groupes de socialisation pour les enfants Asperger dans l'Oise ?

Je vous conseille de demander au CRAIF, appelez les, ils doivent avoir une liste de ce type de groupe en IDF.

  • Est-il possible de diagnostiquer deux frères de 32 et 34 ans : pour les psys ils ont une déficience intellectuelle et des traits psychotiques (parcours classiques avec beaucoup de souffrances du fait de l'internat, en IME, Impro et CAT, si oui où dois-je m'adresser (région Grenoble) ?

Il serait souhaitable que vous preniez contact avec le centre Ressource Autisme de votre région (regardez sur google pour les coordonnées) afin de demander une consultation.

  • J'ai l'impression qu'il y a souvent deux enfants autistes dans une famille, est-ce que c'est souvent le cas ?

Dans les familles où un enfant est déjà atteint, le risque est plus imortant qu'en population générale sans pour autant que cela constitue un risque majeur qui amenerait à dire aux parents de ne pas avoir un autre enfant. Il n'existe toujours pas de diagnostic génétique clair à ce jour car les gènes responsables de ce syndrôme ne sont pas encore connus.

  • Mon fils aura le 30 juin 2 ans, il ne parle pas encore et il s'exprime en criant. A l'âge de 9 mois il a prononcé quelques mots comme maman, papa, mami, caca, tictic, mais depuis qu'il a vu un petit garçon crié beaucoup le lendemain mon fils a commencé à faire la même chose et il a arreté complètement de faire des syllabes. On commence à séinquieter pour lui, est-ce normal ?

Votre petit garçon a 24 mois, il devrait débuter des petites phrases et utiliser plusieurs mots, donc, je vous conseille de consulter car il y a un retard de langage. Ce retard n'est pas forcément en lien avec l'autisme mais il serait dommage de ne pas l'aider à mieux communiquer.

  • Mon fils est autiste et épileptiique ! Keppra® 2ml matin et soir et mélatonine 4 mg le soir ! N'y a t-il pas d'effet sur du long terme ?

Le keppra® est une molécule efficace et assez bien tolérée. Elle permet de proteger votre fils de crises qui ont un effet délétère sur le cerveau. La mélatonine est très bien tolérée, elle permet de donner un signal de sommeil et d'aider l'enfant à l'endormissement mais ce n'est pas un hypnotique qui entraine des effets secondaires importants.

  • Mon fils Asperger en classe de CE1 avec AVS, le soucis c'est qu'il la 12/sem reparties sur 2 jours (du n'importe quoi !). L'enseignante référente me dit que pareil partout). Que faire, j'ai entendu dans votre émission qu'une association peut prendre en charge ? Comment faire ?

Il est nécessaire de revoir cette attribution, demandez à votre médecin un certificat spécifiant que l'enfant nécessite un accompagnement plus important et revoyez la demande auprès de la MdpH.

  • Connaissez-vous la méthode des 3 i, si oui, qu'en pensez-vous ?

Aucune méthode n'est exclusive, ce qui compte c'est le profil de chaque enfant et surtout de lui proposer plusieurs modalités d'intervention : réeducation de la communication (en orthophonie avec des technisues de type PECS ou makaton), réeducation en psychomotricité, accompagnement psychoéducatif, ABA etc...

  • Ai-je droit d'imposer mon fils autiste de 6 ans à l'école plus que 14h semaine ?

Tout dépend des besoins de votre enfant et de la coordination avec ses réeducations. Le temps scolaire doit être un temps accompagné dont il tire profit.

  • Mon fils ainé fréquente une jeune femme qui a un petit garçon qui présenterait des signes d'autisme. Pourriez-vous nous aidez pour l'aider à aller vers les bonnes personnes pour que son petit qui a maintenant 4 ans puisse être pris en charge dans les meilleurse conditions ?

Il faut demander une orientation auprès du Centre Ressource Autisme de votre région.

  • Je souhaiterais savoir quel spécialiste nous pourrions rencontrer pour un diagnostic éventuel d'autisme (Asperger ?) pour notre fille de 15 ans scolarisée en seconde ? (Avez-vous un nom sur la région lyonnaise ?). Avez-vous des conseils pour la convaincre d'y aller car la discussion avec elle est très difficile (elle ne sait pas faire) ?

Il y a à Lyon un Centre Ressource Autisme excellent vers lequel vous pouvez vous tourner pour un avis. Insistez auprès d'elle pour lui dire que l'optique est de l'aider dans sa socialisation, à se faire un cercle d'amis, à mieux s'adapter aux autres...

  • Les retards de développement (paroles et motricité) sont-ils liés à des TSA ou peuvent-ils être une conséquence des comportements parentaux (surtout en cas de parents séparés) ?

Les problématiques familiales (séparation etc...) ne sont en rien responsables de troubles comme l'autisme. Ces retards nécessitent la réalisation d'un bilan pour en établir la cause.

  • Mon enfant a 16 ans, il a été en CLISS pendant 6 ans il parle bien mais trop vite est-il judicieux qu'il reprenne à son âge un orthophoniste ?

Oui, je pense que cela peut l'aider sur sa prosodie et son débit de langage même à 16 ans (il y a des indications à tout âge).

  • Y a t-il des choses à faire pour diminuer des tocs ... Au départ c'était les interrupteurs, les clés, après ce fut les mégots de cigarettes que mon fils ramassé partout, les piles, les ampoules... à l'heure actuelle ce sont les prises, les rallonges... Il a des oeillères et ne voit plus que ça ! Il se met en danger et les autres aussi. Nous sommes toujours sur le qui vive !!!

Il serait utile de consulter pour discuter d'un éventuel traitement avec un spécialiste dans ce domaine.

  • Quels moyens peut-on mettre en place pour communiquer avec un adulte autiste ne parlant pas, et ayant des crises d'agressivité ?

Il serait intérressant de prendre contact auprès d'équipes s'occupant d'adultes comme celles du Dr Fiard à Niort qui travaille sur cette problématique.

  • Maman d'une jeune fille de 14 ans qui est autiste et prise en charge maintenant dans un centre. Ma fille n'a pas bénéficié d'une prise en charge adaptée dès le départ, car je me suis retrouvée seule, sans diagnostic. Elle n'a pas eu Makaton, PECS.... même pas le test PAP ! Elle ne parle toujours pas. Quelles sont ses chances qu'elle soit prise à 14 ans ?

La plasticité cérébrale fait que quelque soit la période de développement, l'amélioration est toujours possible mais en intensité variable. Il est vrai que plus la prise en charge est précoce, mieux cela vaut, c'est pour cela que l'on insiste beaucoup sur le diagnostic précoce.

  • J'ai entendu dire que certains parents auraient noté un changement de comportement de leur enfant vers un syndrome autistique après une vaccination, notamment celle du ROR, est-ce possible et envisageable ?

Cela a été une donnée qui a circulé à un moment. Beaucoup d'équipes se sont penchées sur cette hypothèse et des études internationales très solides ont été menées montrant que les vaccins ne sont pas responsables de la survenue des troubles du spectre autistiques.

  • Mon fils a des troubles autistiques et j'ai pris de la dépakine® pendant ma grossesse. Y a t-il un lien ?

Il y a en effet des travaux de recherche qui ont pu impliquer ces traitements avec la synaptogénèse, c'est-à-dire la mise en place des réseaux de synapse dans l'autisme. Il s'agit de pistes pour lesquelles des recherches sont en cours.

  • Y a t-il un lien entre la précocité intellectuelle de l'enfant et l'autisme ?

Non. Il existe des enfants autistes avec déficience intellectuelle, d'autres avec des compétences intellectuelles dans la normale, d'autres avec un profil évoquant plus une précocité.

  • Kenan a 4 ans hasperger diagnostiqué à 18 mois, il a fait beaucoup de progrès...sauf ses crises...parfois terribles, colères il jette tout et hurle sans fin, il va à la maternelle avec son AVS en 1/2 journée ou il se contient, fait des ateliers ou tout se passe bien, musicologie, orthophonie là où parfois les crises prennent le dessus, on essaie de devancer ses crises, que faire ?

Il pourrait vraiment bénéficier d'une prise en charge comportementale après avoir étudié ce qui peut déclencher ces crises. Par ailleurs, je suis étonnée d'un diagnostic d'Asperger à 18 mois !

  • Mon fils 11 ans scolarisé en cm 2 avec AVS, souffre de TED on me propose de l'orienter en CLISS ou 6 SEGPA, qu'en pensez-vous ? Quelle serait la meilleure option pour lui ?

Je vais avoir du mal à vous répondre car cela dépend tellement et de son profil et de la qualité des structures proches de chez vous...

  • Mon enfant de 11 ans a été diagnostiqué à 2 ans il est suivi en CMP depuis ses 3 ans soit 8 ans par la même équipe de soignants qui le connaissent par coeur et avec qui je n'ai plus l'impression d'avancer (thérapie de groupe centré sur l'art thérapie). Il est scolarisé en CM2 avec une AVS mais l'entrée en 6ème me stresse beaucoup car de gros bouleversements vont arriver, comment le préparer ?

Peut être serait-il avisé de faire un bilan d'évolution auprès d'une équipe de spécialistes (voir coordonnées auprès du centre ressources de votre région).

  • Ou en est-on au niveau des recherches concernant le rapport entre autisme et bactéries intestinales cf reportage diffusé sur France 5 il y a quelques mois ?

Cette émission faisait référence à des hypothèses de recherche. Comme toutes hypothèses, ces dernières nécessitent d'être testées dans le cadre d'une étude contrôlée et répliquéé, ce qui n'est pas le cas...

  • Ma fille va faire 3 ans en septembre ne dit que papa maman et Lilou et a quelques difficultés sur des jeux ?

Je vous conseille de demander un bilan de développement pour votre fille qui a un retard de langage, mieux vaut s'y prendre tôt.

  • Est-ce que l'hypnose peut entrer dans l'arsenal thérapeutique contre l'autisme et existe-t-il un ou des diurétiques pour le traitement de l'autisme, comme annoncé dans la presse ?

L'hypnose n'a pas fait ses preuves que je sache ! Pour la piste diurétiques, nous devons attendre une étude controlée, répliquée qui permettent de nous renseigner clairement sur l'efficacité et la tolérance de ce type de traitement. Pour l'instant, c'est anticipé...

  • Autisme et symptômes psychotiques tels que les hallucinations ?

Les tableaux associant ces différents symptômes sont assez rares mais existent. Il serait souhaitable de demander une consultation pour avoir l'avis d'un spécialiste (demander lieux de consultations au Centre Ressource Autisme).

  • La génétique n'explique pas tout dans l'apparition de l'autisme. Il faut un déclencheur environnemental. Où en est la recherche ? C'est un problème grave de santé publique. L'augmentation des cas d'autisme est alarmante. Que font les pouvoirs publics ? Où en est la recherche ? Si les vaccins sont en cause, on sait très bien que les labos ne publient que les études qui les arrangent.

Les vaccins ne semblent pas être en cause au regard des études épidémiologiques réalisées dans ce domaine.

Les réponses du Dr Mélina Huc-Chabrolle, pédopsychiatre à Tours

  • J'ai entendu que veiller au régime alimentaire est important aussi. Un régime sans gluten aurait des résultats notablement positifs pour diminuer l'autisme. L'avez vous remarqué aussi ?

Les causes précises de l'autisme restant actuellement encore inconnues, l'hypothèse de l'influence de l'alimentation a été avancée par certains groupe de recherche, et notamment celle d'un impact néfaste des produit de digestion du gluten et de la caséine. Néanmoins, les études qui ont cherché à évaluer l'efficacité de tels régimes dans l'autisme n'ont pas permis de prouver qu'ils apportaient une véritable amélioration sur les symptômes autistiques, ce qui a conduit l'AFSSA à rédiger un rapport à ce sujet en avril 2009 ne recommandant pas l'utilisation de ces régimes dans l'autisme, d'autant qu'ils peuvent entraîner certaines carences s'ils ne sont pas réalisés sous contrôle médical.

  • Peut-on encore tester un ado de 15 et demi et oposer un diagnostic ?

Bien sûr, un diagnostic est possible à tout âge si l'on utilise des outils adaptés.

  • La neuropédiatre qui suit mon fils agé de 4 ans et qui souffre de TED me parle de DSM 4 et DSM 5 : pouvez-vous m'expliquer ce que c'est ?

Les DSM 4 et 5 sont les manuels de diagnostic des maladies élaborés par l'association des psychiatres américains et utilisées dans le monde entier avec la CIM (classification de l'OMS). La version 4 est celle qui est utilisée actuellement et la version 5 doit sortir très prochainement, et présentera des modifications dans la classification des troubles, notamment le terme de trouble du spectre autistique remplacera celui de trouble envahissant du développement.

  • Comment faire pour trouver une structure adulte type FAM ou MAS ? Peut-on commencer de l'éducatif à l'âge adulte ?

L'idéal est de pouvoir disposer d'une évaluation complète et pluridisciplinaire de la personne et de l'adresser à la MDPH pour permettre de répondre au mieux à ses besoins.

  • Mon fils bat des bras lorsqu'il est content, il a 24 mois. Je ne sais pas si c'est du hand flapping, si oui est-ce un signe d'autisme ? Il n'a aucun autres symptômes de cette pathologie.

L'autisme est avant tout un trouble de la communication et de l'adaptation sociale associé à des comportements répétés et restreints et le diagnostic est posé à partir de la présence de nombreux signes, un signe isolé ne permet en aucun cas de poser un diagnostic.

  • Je suis maman d'un adolescent de 18 ans diagnostiqué autiste léger. Depuis quelques mois il présente un épisode dépresssif avec idées noires persécutantes. Que faire ? La sophrologie peut-elle être une solution ?

Face à un épisode dépressif caractérisé avec des idées noires, une consultation psychiatrique est indispensable.

  • Je fais partie d'une association qui s'occupe d'accompagner des enfants autistes à des activités (sportives, de loisirs, culturelles) après l'école. Nous sommes deux accompagnatrices mais nous n'avons pas eu de formation particulière et je souhaiterais savoir s'il existe des organismes/associations qui pourraient nous proposer une formation gratuite aux troubles autistiques ?

Je vous conseille de contacter vle Centre Ressource Autisme de votre région qui pourra sans doute répondre à votre question.

  • Est-ce fréquent de trouver des postes d'éducateurs spécialisés en hôpital notamment pour travailler auprès de jeunes autistes, comme j'ai pu le voir dans le reportage ? Etant en voie de le devenir, cela m'intéresse.

Les éducateurs spécialisés sont en effet souvent intégrés aux équipes pluridisciplinaires de pédopsychiatrie.

  • Mon fils de 4 ans n'est pas encore considéré avec des troubles autistiques, j'aimerais l'aide pour diagnositiquer ses troubles et comment faire ?

Vous devez consulter un pédopsychiatre qui pourra faire le point avec vous sur le développement de votre enfant, soit en libéral, en CMP ou au sein d'un CAMSP, demandez conseil à votre médecin traitant pour mieux vous accompagner, ou au centre de ressource autisme de votre région.

  • Comment savoir si un facteur génétique est lié à l'autisme, un de mes fils, 6 ans autiste atypique et l'autre 10 ans autiste de haut niveau ?

Les facteurs génétiques ont un poids important dans l'autisme, mais il n'existe pas un seul gène mais plutôt de nombreux facteurs de risque génétiques, dont tous ne sont pas connus. Seule une consultation dans un service de génétique vous permettra éventuellement d'avoir une réponse dans le cas de votre famille.

  • J'ai l'impression que l'autisme (sous toutes ses formes) touche plus souvent les garçons. Est-ce une fausse impression ?

Vous avez raison, les garçons sont en moyenne 4 fois plus touchés que les filles par les troubles autistiques, pour des raisons qui ne sont pas encore entièrement connues, notamment des raisons génétiques.

  • Y a t-il un lien établi entre des antécédents familiaux de maladies génétiques (comme les trisomies) et l'autisme ou est-ce l'oeuvre du hasard ? J'entends par là, le risque d'autisme est-il plus élevé dans le cas où il y a un ou des cas de trisomie dans la famille ?

Il existe un faible pourcentage de personnes atteintes de trisomie 21 qui présentent un autisme dans le cadre de leur trisomie 21, mais un antécédent familial de trisomie 21 n'est pas en soit un risque supplémentaire d'autisme. Cependant, ces 2 pathologies sont plus fréquentes lorsque l'âge maternel et plus élevé.

  • Maman d'une jeune fille de 14 ans qui n'a pas été prise en charge correctement dès le départ (méthodes macaton, pecs... nonb fait !) ai-je encore des chances de voir ma fille évoluer ? Elle ne parle pas, mais comprend tout ! Elle est très sensible, docile et arrive à avoir quelques prises d'initiatives. Or elle est prise en charge dans un centre, mais son évolution stagne. Que me conseillez-vous ?

Des progrès peuvent être obtenus à tout âge, la meilleure démarche est de réaliser une évaluation pluridisciplinaire, éventuellement avec l'appui du centre de ressource autisme si nécessaire, afin de construire un projet d'intervention individualisé pour votre fille, à partir de ses compétences.

  • Les adultes Asperger (en général) sont-ils assez autonomes pour se débrouiller seul, ont-il besoin d'être sous curatelle ?

Il n'y a pas de réponse générale à votre question, chaque personne est différente, mais la curatelle n'est bien sûr pas nécessaire systématiquement, elle peut en revanche être utile pour certaines personnes.

  • Pensez-vous que l'épilepsie peut être liée avec le syndrome d'Asperger ?

Le risque d'épilepsie est en effet plus élevé chez les personnes présentant un trouble du spectre autistique, y compris les personnes avec un syndrome d'Asperger, même si ce rique est plus faible que pour les personnes présentant une déficience intellectuelle.

  • Je voudrais connaitre les différents symptômes qui existent pour detecter l'autisme à l'âge adulte ? Peut-il y avoir d'autres maladies ou handicaps liés à l'autisme chez l'adulte ? Est-ce qu'un adulte qui a besoin d'un doudou est autiste ? Quels professionnels voir lorsqu'on détecte ou croit voir un autiste chez un adulte, faut-il contacter et pour être suivi ?

A l'âge adulte, l'autisme reste caractérisé par un trouble de la communication, des interactions sociales et des intérêts restreints et des comportements répétitifs. Le diagnostic peut être porté par un psychiatre d'adulte formé à l'autisme. Les centres de ressource autisme de nombreuses régions comprennent actuellement des équipes spécialisées dans le diagnostic de l'autisme à l'âge adulte.

  • La maladie du X fragile fait-elle partie de l'autisme ? La prise en charge est-elle la même ?

Le syndrome d'X fragile est la maladie génétique la plus fréquemment associée à l'autisme, mais toutes personnes porteuses de cette mutation ne sont pas autistes. Lorsque c'est le cas, la prise en charge est alors la même que dans les autres cas d'autisme.

  • Sait-on ce qui peut entrainer l'autisme? Avoir eu une grossesse agréable sans troubles et un bébé aimé et bien encadré par ses parents peut-il conduire vers une forme d'autisme ? Ou est-ce dû à des traumatismes ?

Actuellement, il n'y a aucune preuve que l'autisme soit liés aux relations affectives entre parents et enfants ou aux événements de vie dans la petite enfance.

  • Maman d'un petit garçon de 7 ans diagnostiqué il y a 1 an, il est pris en charge par l'hôpital de jour. Quel est votre avis sur ce genre d'institution ? Une maman qui manque d'informations depuis le diagnostic de son fils et qui ne peut se rendre dans le CRA qui est a plus de 50 km...

Les interventions proposées par les hôpitaux de jours sont très différentes selon les lieux, mais peuvent tout à fait correspondre aux besoins de votre enfant. Par ailleurs, votre centre de ressource autisme a sûrement un numéro de téléphone ou un site interb=net où vous pourrez avoir plus des renseigenements plus précis;

  • Maman de jumeaux de 2 ans qui se balancent avant de s'endormir et se tapent la tête contre leur lit et qui ne parlent que très peu, j'avoue que je m'inquiète, est-ce qu'il faut consulter ou attendre ?

Si vous êtes inquiète, cela ne sert à rien d'attendre, consultez votre pédiatre ou un pédopsychiatre qui pourra vous répondre.

  • Faut-il préparer un garçon de 13 ans verbal scolarisé diagnostiqué autiste atypique pour mettre le nom d'autisme sur la différence qu'il perçoit ou simplement lui dire ?

Il est difficile de vous répondre sans connaître votre fils, posez la question et faites vous aider par les personnes qui l'accompagnent.

  • Comment peut-on savoir si un enfant autiste a une déficience intellectuelle ? Mon fils de 26 mois en cours de diagnostic n'a jamais dit de mot et a des difficultés de compréhension. L'absence de langage et difficulté de compréhension signifierait-il qu'il présente une déficience intellectuelle ?

Il est en effet difficile d'évaluer les compétences intellectuelles des enfants avec autisme lorsqu'ils sont très jeunes, car ils n'ont pas toujours un intérêt à montrer leurs connaissances. En utilisant des tests qui utilisent peu le langage (épreuves non verbales) avec des images, on peut souvent y voir plus clair mais il faut prendre ces résultats avec précaution lorsque les enfants sont très jeunes car parfois les enfants avec autisme ne révèlent leur potentiel intellectuel que plus tardivement.

  • Mon fils de 6 ans a reçu un diagnostic d'autisme infantile typique à l'âge de 3 ans. Il a depuis évolué, il est verbal et suis une scolarité normale à temps plein avec AVS et va pouvoir aller au CP. Le sessad ou il est suivi me conseille de refaire un bilan au CRA. Est-ce important de refaire des bilans quand l'enfant évolue correctement ? Et si oui tous les combien de temps ?

Une nouvelle évaluation permettra d'ajuster le projet d'intervention pour votre enfant, et de constater les progrès. Les recommandations HAS proposent une réévaluation tous les 2 ans jusqu'à 6 ans, puis lors des situations "charnières" comme l'adolescence et l'entrée à l'âge adulte, ou lorsque des difficultés nouvelles surgissent.

  • Avez-vous un site sérieux sur la recherche de l'autisme en français ? Pour suivre...

Je vous conseille d'aller sur le site de l'ARAPI, c'est une association qui regroupe parents et professionnels et qui fait le point sur l'actualité de la recherche de façon très accessible.

  • Auriez-vous un livre à me conseiller sur les comorbidités psychiatriques de l'autisme à l'adolescence ?

Je vous conseille "l'autisme de l'enfance à l'âge adulte" de C. Barthélémy, aux éditions Lavoisier.

  • A partir de quel âge peut-on dire qu'un enfant a un retard de langage ?

Un enfant qui n'utilise aucun mot à 24 mois doit bénéficier d'un bilan orthophonique et d'un bilan auditif.

  • L'autisme peut-il être masqué par d'autres diagnostics, pour le cas de mon fils 6 ans : épilepsie de Doose, dyspraxie, précocité intellectuelle. Il parle très bien mais joue difficilement en groupe car il ne tient pas compte de ce que pensent ou veulent les autres et se met en rage lorsqu'il est frustré. Il semble imperméable a l'autorité et défie les adultes en permanence, qu'en pensez-vous ?

Les épilepsies complexes comme le syndrome de Doose, peuvent en effet être parfois associées à des troubles envahissants du développement, un bilan diagnostic pluridiscipinaire permet alors d'apporter des précissions.

  • Mon frère de 29 ans est en institution psychiatrique car il est diagnostiqué autiste et cela se passe mal, il a des comportements qu'il n'avait pas avant d'être interné et les soignants réagissent en le médicalisant à chaque fois en plus d'un traitement quotidien et nous disent à moi et mes parents qu'il faut éviter tout stimulis, mon frère est donc enfermé dans une pièce où lui est apporté petit-déjeuner, déjeuner, goûter et dîner, il est totalement isolé des autres pensionnaires. A chaque crise, il nous est interdit de le voir. Je voulais savoir si vous trouviez ça normal ?

Il existe des équipes de centre de ressource autisme spécialisées dans la prise en charge des adultes qui peuvent apporter des conseils aux équipes médicales à leur demande ou à celle des familles, rapprocher vous du CRA de votre région.

  • Je suis maman d'un petit garçon de 4 ans suivi au CAMPS depuis avril 2012. La pédopsy m'a parlé de MCDD ou encore de TED ns. J'aimerais prendre RDV avec le CRA mais elle me dit que ce n'est pas la peine. Dois-je persévérer pour avoir un RDV au CRA, suis-je hors sujet ou pas ?

Vous n'êtes pas obligé de demander un deuxième avis mais rien ne vous en empêche si celà vous rassure.

  • Peut-il y avoir des troubles psychotiques tels qu'hallucinations, associés aux troubles autistiques ?

Les hallucinations ne rentrent pas dans les symptômes typiques de l'autisme, ce sont plutôt des manifestations imaginaires envahissantes ou des soliloques, toutefois dans certains rares cas, des patients autistes présentent une évolution vers des symptômes psychotiques et nécessitent alors une nouvelle évaluation psychiatrique et éventuellement neurologique.

  • Mon fils est âgé de 19 ans et présente beaucoup de troubles autistiques. Pas de vie sociale, s'intéresse à très peu de choses, regarde le même dessin animé tous les jours, très perturbé pour une sortie ou à se faire du mal. Ou peut-on faire le diagnostic pour un adulte ?

Rapprochez vous d'un psychiatre de votre choix, ou du centre ressource autisme de votre région.

En savoir plus

Le 2 avril avait lieu la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, ce trouble du développement touche 1 personne sur 150 dans le monde. La France compte environ 430 000 personnes atteintes d'autisme à des degrés divers, dont 25% d'enfants. Il serait possible de prendre le problème très au sérieux en organisant un dépistage précoce, en repérant les 1ers signes dès 12 mois afin de poser un diagnostic entre 2 et 3 ans. Aujourd'hui le dépistage intervient en moyenne à 6 ans, ce qui ferait perdre 3 à 4 ans d’intervention à un âge où la plasticité cérébrale permet d’accomplir d’énormes progrès. Des outils existent mais ils ne sont pas utilisés et les professionnels sont rares et peu formés. Cette intervention en amont permettrait avant tout de mettre en place des programmes éducatifs d’accompagnement adaptés pour faciliter l’insertion en milieu scolaire, sachant qu'une personne autiste pourrait évoluer favorablement avec son handicap en milieu ordinaire.
Aujourd’hui, la situation de l’adulte autiste est catastrophique avec un accès au travail encore entravé par des discriminations à l’embauche. Cette prise en charge précoce permettrait enfin de maitriser un coût humain et social considérable !

En savoir plus 

Sur Allodocteurs.fr :

Questions/réponses :

Associations d'aide et de sensibilisation :

  • Léa pour Samy
    Léa pour Samy – La voix de l'enfant autiste est une association de parents, gérée par des parents qui militent pour apporter de l’aide à leurs semblables, dans une logique de transfert de compétences. Elle mène une action internationale contre l’Autisme, agit pour la défense, la protection et l’intégration des enfants atteints d’autisme et de leur famille, innove en matière de droits et de prise en charge.
  •  Un pas vers la vie
    La mission de l'association est de permettre aux enfants atteints d'autismes de bénéficier dès leurs plus jeunes âges d'un accompagnement individuel et personnalisé par un personnel compétent. Cette prise en charge a pour but de faciliter leur intégration à l'école lorsque cela est possible.
     
  • Donner pour l'autisme
    Première campagne de récolte de fonds et de sensibilisation.

     
  • Fondation Autisme
     
  • Fédération Sesame Autisme