Syndrome méningé : Valérie Fourneyron démissionne

Victime d'un syndrome méningé, la secrétaire d'Etat chargée du Commerce, de l'Artisanat, de la Consommation et de l'Economie sociale et solidaire, Valérie Fourneyron, a été contrainte de quitter son poste. Quelle différence entre syndrome méningé et méningite ?

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

La secrétaire d'Etat, Valérie Fourneyron, a été contrainte de quitter son poste en raison d'un syndrome méningé qui ne lui permet pas d'assurer pleinement ses fonctions. Elle souffre de maux de tête sévères, d'insomnies et poursuit un traitement contraignant sans garantie de rétablissement à court terme. Victime d'un syndrome méningé, cela ne signifie pas qu'il s'agit d'une méningite.

Un syndrome méningé se définit tout d'abord par une raideur de nuque, qui peut être accompagnée de maux de tête augmentés par la lumière, les mouvements de la tête, le bruit. La photophobie, qui se traduit par la peur de la lumière et l'intolérance au bruit sont souvent présentes. Les vomissements sont inconstants, tout comme un ralentissement du rythme cardiaque ou du rythme respiratoire et une élévation de la tension artérielle.

Selon le Pr Eric Caumes, épidémiologiste au groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière, "le syndrome méningé, c'est l'ensemble des signes que l'on peut voir dans une méningite, mais pas uniquement dans une méningite. Par exemple, un méningisme [inflammation des méninges] donne un syndrome méningé, mais n'est pas en rapport avec une méningite. Un méningisme est un syndrome méningé sans méningite qui est en rapport avec une infection ORL, une infection urinaire... On a les signes du syndrome méningé (vomissements, céphalées, fièvre...) mais après la ponction lombaire, on observe qu'il n'y a pas de méningite." Une hémorragie au niveau des méninges s'accompagne d'un syndrome méningé sans fièvre, contrairement à la méningite où la fièvre est présente.

"Depuis ma première hospitalisation le 11 avril dernier pour un syndrome méningé, je poursuis un traitement contraignant", a déclaré Valérie Fourneyron à l'AFP. "Une nouvelle hospitalisation le 15 mai m'a conduite à réaliser que mon état de santé ne me permettait pas de faire face pleinement et totalement à la charge de travail quotidienne imposée à tout ministre. J'ai souffert - et je continue de souffrir - de maux de têtes sévères et d'insomnies", a-t-elle précisé.

Avant sa nomination dans le gouvernement Valls, Mme Fourneyron (54 ans) était ministre des Sports, de la Jeunesse, de l'Education populaire et de la Vie associative dans le gouvernement Ayrault.

Mme Fourneyron est remplacée à son poste par Carole Delga, 42 ans, députée PS de Haute-Garonne.