Ebola : le cri d'alarme de l'OMS

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé ce jeudi 26 juin 2014 à prendre des "mesures drastiques" contre l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, "la plus grave qui ait existé". Afin de coordonner ces mesures, l'OMS tiendra une réunion avec 11 pays concernés début juillet à Accra (Ghana).

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le
L'OMS réfléchit à la mise en place de sanctions vis-à-vis des pays ne respectant pas les règles sanitaires internationales
L'OMS réfléchit à la mise en place de sanctions vis-à-vis des pays ne respectant pas les règles sanitaires internationales

"L'OMS est vivement préoccupée par la transmission en cours de l'épidémie aux pays voisins, ainsi que par le potentiel de propagation internationale ultérieure du virus Ebola", a déclaré le docteur Luis Sambo, directeur régional de l'OMS pour l'Afrique, dans un communiqué. L'agence indique que des mesures "drastiques sont nécessaires" pour endiguer la propagation du virus.

"Il ne s'agit plus d'une épidémie spécifique à un pays mais d'une crise sous-régionale qui requiert une action ferme des gouvernements et des partenaires", a souligné le docteur Sambo.

"Il faut impérativement intensifier les efforts de riposte, promouvoir la collaboration transfrontalière et le partage d'informations sur les cas suspects et les contacts, conformément aux lignes directrices de l'OMS", détaille le communiqué. "[Il faut également] mobiliser tous les secteurs de la communauté afin de garantir un accès sans entrave aux zones affectées."

Réunion spéciale

L'OMS organisera les 2 et 3 juillet 2014 à Accra, au Ghana, une réunion spéciale, à laquelle prendront part les ministres de la Santé de 11 pays et les différents partenaires de l'organisation impliqués dans la riposte à la flambée d'Ebola, afin de discuter de la meilleure manière de résoudre collectivement la crise et d'élaborer un plan complet de riposte opérationnel inter-pays.

L'OMS a jusqu'à présent fourni une assistance technique en déployant une équipe pluridisciplinaire de plus de 150 experts.

VOIR AUSSI :

D'après le bilan communiqué le 26 juin 2014 par l'OMS, la Guinée, pays le plus touché, le Liberia et la Sierra Leone totalisent, depuis le début de l'année 2014, 635 cas de fièvre hémorragique (dont un peu plus de la moitié ont été confirmés par des analyses comme étant dus au virus Ebola), dont 399 décès.

Selon l'OMS, l'épidémie actuelle d'Ebola est par conséquent "la plus grave" en termes de nombre de cas et de décès notifiés et par sa répartition géographique.