Ebola : l'OMS s'attend à plus de 20.000 cas

L'organisation mondiale de la santé (OMS) espère stopper la progression du virus d'Ebola d'ici à trois mois, mais s'attend à plus de 20.000 cas de fièvre hémorragique au cours de l'actuelle épidémie, selon un document publié jeudi 28 août 2014, à Genève.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le
Ebola : l'OMS s'attend à plus de 20.000 cas

"Le nombre total de cas de fièvre hémorragique à virus Ebola pourrait dépasser les 20.000", et la maladie continuer à progresser "de manière alarmante", a indiqué l'OMS dans une "feuille de route", publiée le 27 août.

Selon les derniers chiffres annoncés le 26 août, il y a 3.069 cas d'Ebola répertoriés dans quatre pays d'Afrique occidentale, dont 1.427 décès. L'OMS table par conséquent sur six à sept fois plus de cas dans les prochains mois.

Stopper la progression d'ici 3 mois

En six jours, l'épidémie a touché 454 personnes supplémentaires et causé la mort de 125 malades. 40% des quelque 3.000 cas actuellement répertoriés se sont déclarés au cours des 21 derniers jours.

Cependant, l'organisation internationale souhaite pouvoir stopper la progression de nouveaux cas d'Ebola d'ici trois mois, expliquant avoir besoin à cet effet de 490 millions de dollars (371 millions d'euros).

Son objectif principal, affirme-t-elle dans le document, est d'"inverser la tendance de nouveaux cas et de nouvelles zones infectées d'ici trois mois, de stopper la transmission dans les capitales et les grandes villes portuaires, et de stopper toute transmission résiduelle d'ici six à neuf mois".

Une épidémie "distincte" d'Ebola, qui n'est pas liée à celle en cours en Afrique de l'Ouest, a été signalée le 24 août dernier par la République démocratique du Congo (RDC). Les données de la RDC ne figurent pas dans le bilan publié jeudi par l'OMS.

Nigeria : premier décès hors du Lagos

Une autre mauvaise nouvelle est venue du Nigeria. Le pays le plus peuplé d'Afrique, qui ne déplorait que 5 morts et où l'épidémie semblait contenue jusqu'à présent, a annoncé un nouveau décès le 27 août, celui d'un médecin.

Alors que tous les cas d'Ebola étaient jusqu'alors concentrés à Lagos, ce nouveau décès s'est produit à Port-Harcourt, à 400 kilomètres, risquant d'étendre le champ de l'épidémie.

Port-Harcourt, qui compte environ 3,5 millions d'habitants, est le centre névralgique de la production de pétrole du Nigeria.

Ebola est-elle beaucoup plus meurtrière que d'autres grandes épidémies ?

A titre de comparaison, en 2012 l'OMS a enregistré 207 millions de cas de paludisme (avec une marge d'incertitude comprise entre 135 millions et 287 millions) qui ont causé 627.000 décès (avec une marge d'incertitude comprise entre 473.000 et 789.000).

L'épidémie de grippe H1N1 en 2009 a causé plus de 18.000 morts. Chaque année, les épidémies de grippes saisonnières sont responsables au niveau mondial d'environ 3 à 5 millions de cas de maladies graves, et 250.000 à 500.000 décès.

En 2003, le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) avait tué 800 personnes dans le monde.