Un concert de 4 000 personnes pour étudier la propagation du coronavirus
Photo Fotolia © Photocreo Bednarek

Un concert de 4 000 personnes pour étudier la propagation du coronavirus

Le 22 juin prochain, le chanteur Tim Bendzko se produira sur la scène du Quarterback Immobilien Arena, à Leipzig. Mais ce concert sera également une expérience scientifique pour mieux comprendre la propagation du coronavirus dans la foule.

Victoire Panouillet
Rédigé le , mis à jour le

En accord avec le ministère des Sciences de Saxe, des scientifiques de l’université Martin-Luther de Halle-Wittemberg (Allemagne), veulent réunir 4 200 personnes pour un concert. L’objectif de l’expérience Restart-19 est de mieux appréhender la transmission du Covid-19 pour pouvoir de nouveau organiser des événements  de plus de 1 000 personnes, sans risquer de mettre en danger la population. 

«Nous essayons de savoir s'il pourrait y avoir une voie intermédiaire entre l'ancienne et la nouvelle norme qui permettrait aux organisateurs d'intégrer suffisamment de personnes dans une salle de concert pour ne pas faire de perte [financière]», a expliqué au Guardian Stefan Moritz, coordinateur de l'événement et responsable des maladies infectieuses à l'hôpital universitaire. L'objectif est donc de «cartographier le comportement du spectateur de la façon la plus réaliste possible

Une journée, trois scénarios  

Pour éviter que les bénévoles ne soient réellement contaminés par le coronavirus, ils seront tous testés avant et après le concert, et le port du masque sera obligatoire. Tous les participants seront équipés d’un “contact-tracer”, un appareil qui permet d’enregistrer la proximité d’un individu avec un autre. Ils auront également à disposition du gel hydroalcoolique fluorescent. Grâce à des rayons ultraviolets, il permettra de révéler quelles sont les surfaces les plus susceptibles de propager le coronavirus. 

Une journée entière d’expérimentation est prévue durant laquelle les volontaires participeront à trois scénarios. Dans le premier, le concert se déroulera comme avant la pandémie. Le deuxième prévoit que les bénévoles soient soumis à un protocole d’hygiène optimisé. Enfin, dans le troisième scénario, les spectateurs ne seront plus que 2 000 et ils devront respecter une distance de 1,5m.

Des résultats prévus pour septembre

Les données récoltées serviront à créer un modèle mathématique qui permettra de calculer le risque d'épidémie et d'estimer le nombre moyen d'individus avec lequel un spectateur entre en contact au cours d'une soirée de ce type. Les premiers résultats de l’étude devraient être disponibles fin septembre.

Pour le moment, 1 083 personnes, âgées de 18 à 50 ans, se sont déjà inscrites sur le site Restart19.