A Quiberon, plages et jardins publics fermés la nuit à partir du 26 juillet
A Quiberon, plages et jardins publics fermés la nuit à partir du 26 juillet

Quiberon : un été sous surveillance

Le Maire de Quiberon a décidé d’interdire les plages, les parcs et les jardins publics entre 21h et 7h. 54 cas de Covid 19 ont été recensés dans la commune. Les personnes contaminées ont entre 18 et 30 ans selon l’Agence Régionale de Santé. 

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

A Quiberon, habitants et touristes s’étaient déjà habitués depuis le 23 juillet dernier à porter un masque sur les marchés en plein air ou dans les rues très fréquentées du centre-ville. Ce week-end, de nouvelles mesures sont venues durcir la vie des estivants. Désormais, ce sont les plages, les parcs et les jardins qui seront interdits au public la nuit, entre 21h et 7h. 

 

Cet arrêté fait suite à la découverte d’un premier cas identifié le 21 juillet dernier : un jeune homme d’une vingtaine d’années, saisonnier à Quiberon. Les investigations sanitaires ont permis d’identifier les contacts à risques, de les tester et de les placer en confinement. Depuis, la préfecture a annoncé avoir recensé 54 cas positifs en tout, “constituant un cluster sanitaire à risque de fort potentiel de transmission” précise-t-elle dans son communiqué du 26 juillet.  

 

Mais le plus inquiétant est surtout dans le fait que la majorité des personnes testées positives sont des jeunes, entre 18 et 30 ans. Un public qui a l’habitude en période estivale, de participer “à des rassemblements privés ou bien dans des établissements type bars avec de très nombreuses interactions sociales”. Des jeunes qui se réunissent le plus souvent le soir sur la plage ou dans les jardins, et qui précisent le premier adjoint au maire Gildas Quendo, “s’amusent, parfois avec de l’alcool, en ne respectant pas les gestes barrières. Ce qui pose problème”. Un discours qui rejoint celui de Patrick Faure, préfet du Morbihan, qui avait dénoncé au micro de France Inter “une irresponsabilité de la jeunesse”. 

 

Si ces jeunes testés positifs sont le plus souvent asymptomatiques, ils transmettent toutefois le virus et exposent ainsi les populations les plus fragiles. “Les jeunes ne sont pas intouchables, rappelle Gildas Quendo, ils doivent prendre la mesure des règles de sécurité”.  

Pour tenter de contenir ce foyer épidémique, décision a donc été prise de contraindre fortement les contacts sociaux. La fermeture des plages et des jardins publics la nuit vise notamment à limiter les regroupements, et donc la propagation du virus. La police municipale et la gendarmerie ont été déployées pour faire respecter ce nouvel arrêté, en vigueur depuis le 26 juillet. Quant à la campagne de dépistage, elle s’intensifie : plus de 450 personnes ont été testées ce week-end.