Apparition d'une nouvelle souche de streptocoque en Grande-Bretagne
© Fotolia

Apparition d'une nouvelle souche de streptocoque en Grande-Bretagne

Selon une étude, l’apparition d’une nouvelle souche de streptocoque serait à l'origine d'une augmentation du nombre de cas de scarlatine outre-Manche. 

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

De mars à mai 2016, une forte hausse d’infections à la bactérie Streptococcus pyogenes a été enregistrée en Angleterre et au Pays de Galles. Dans le même temps, une impressionnante augmentation des cas de scarlatine – près de 19.000 – a été constatée. Des médecins ont donc cherché à savoir si ces deux éléments étaient liés. A cette occasion, ils ont découvert une nouvelle souche de la bactérie. Leurs résultats ont été publiés dans The Lancet Infectious Diseases le 10 septembre.

"Cette souche pourrait se répandre à l’international"

La nouvelle souche isolée, à l’origine des infections à Streptococcus pyogenes les plus graves, produit selon cette équipe de l’Imperial College London une plus grande quantité de toxines. D’après eux, elle est particulièrement dangereuse, et sa potentielle propagation au niveau mondial doit être surveillée de très près. Deux cas ont en effet été identifiés au Danemark et aux États-Unis. "Cela signifie que cette souche pourrait se répandre à l’international. Elle est peut-être déjà présente dans d’autres pays" développe le Pr Shiranee Sriskandan, qui a piloté l’étude.

Les auteurs de l’étude tiennent toutefois à rassurer. "Il est néanmoins possible que le lignage disparaisse. Cela s’est vu par le passé : certains sont apparus, puis ont disparu rapidement. Seules d’autres recherches nous permettront de comprendre comment cette souche se développe" ajoute le Pr Sriskandan.

Une maladie infantile très contagieuse

La scarlatine une maladie infantile très contagieuse qui se présente sous la forme d'une angine, associée à une éruption cutanée. L'examen de la bouche révèle une arrière gorge rouge et une langue enduite d'un enduit blanchâtre. 24 à 48 heures après apparaît l'éruption cutanée causée par la toxine, secrétée par le streptocoque, qui se répand dans tout l'organisme.

Cette éruption débute aux racines des membres, puis gagne le thorax, et le reste du corps. Il n'y a pas de boutons à proprement parler, mais de petites taches rouge écarlate. Les muqueuses sont également atteintes, et la langue présente un aspect "framboisé". Il n'existe pas de vaccin contre la scarlatine, qui se traite par antibiotiques.