La lenteur, une des séquelles du traumatisme crânien ?

Comment concilier le rythme imposé par les suites d'un traumatisme crânien avec celui d'une vie courante ?

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Les réponses avec le Dr Katia David, spécialiste de médecine physique et de réadaptation :

"Le rythme imposé après un traumatisme crânien, c'est la lenteur. La vie dans laquelle nous vivons actuellement n'est pas une vie où il faut avoir un rythme lent. Les lésions cérébrales font que parmi les troubles cognitifs il y a cette lenteur, la lenteur des processus cognitifs, plus la fatigue. On peut aussi avoir des troubles endocriniens, des problèmes de sommeil… Tout cela peut donc concourir à cette lenteur dans la vie de tous les jours.

"Contre cette lenteur, il faut apprendre à la personne de faire avec la lenteur. Il faut aussi apprendre à l'entourage de faire avec la lenteur, de respecter la lenteur comme on dit aux personnes de respecter leur fatigue, d'adapter leur rythme de vie en fonction de la fatigue. Dans notre vie de tous les jours, c'est parfois difficile à accepter pour les personnes qui ne connaissent pas les séquelles du traumatisme crânien. Par exemple, au travail, il est très compliqué de retrouver un travail avec un rythme plus lent, d'être moins productif, d'avoir cette lenteur, cette fatigue."