"J'aime renifler mes doigts ", c'est grave docteur ?

Il existe sûrement des questions que vous n'avez jamais osé poser, par pudeur, crainte, voire même honte... Notre journaliste, Mélanie Morin, a posé ces questions à votre place. Aujourd'hui, il est question d'odeurs corporelles, de grattage et de renifleurs de doigts.

Mélanie Morin
Rédigé le , mis à jour le

Lorsque l'on fait une recherche sur internet avec l'expression "j’aime sentir mes", on tombe sur "mes pets", "mes aisselles", "mes doigts", "mes odeurs", "mes os", "mes propres pets", "mes règles"... Bref, le fait de sentir ses doigts génère près d’ 1 760 000 résultats sur internet.

Que se passe-t-il lorsque l'on respire une odeur?

Lorsqu'une odeur parvient jusqu’à notre nez, elle se dirige vers la muqueuse olfactive tapissée de cils et de mucus qui vont capter les molécules odorantes. Ces molécules entrent ensuite dans des fentes pour aller activer les récepteurs olfactifs, qui transmettent l’information au bulbe olfactif. On obtient alors un message électrique qui poursuit sa route pour être analysé dans le cerveau. Dans le cas présent, cela se passe dans le cortex olfactif, siège de la mémoire des odeurs, mais également au niveau de l’amygdale, cette glande qui est le siège de nos émotions. C'est la raison pour laquelle les odeurs provoquent en nous des émotions particulières. Et chacun réagit à sa façon face à une bonne ou mauvaise odeur. C’est même quelque chose d’assez instinctif.

Peut-on prendre l’habitude de renifler ses doigts parce que les molécules émises provoquent un certain plaisir ?

C’est très difficile à démontrer. Selon un chercheur en neurosciences, spécialiste de l’odorat, que nous avons interrogé, chacun d’entre nous possède son propre microbiote cutané. Comme pour l’intestin, peuplé de milliards de bactéries, notre peau est littéralement couverte de bactéries très variées qui influent sur l’odeur qu’on émet. Il faut également tenir compte de notre signature génétique et de notre système immunitaire. L’anus et les aisselles sont de véritables "garde-manger" pour les bactéries, qui dégagent ensuite une odeur plus rance. Pour autant, on ne peut pas affirmer que c’est cette odeur forte qui "excite" particulièrement le nez. Au contraire, chacun est, a priori, très habitué à sa propre odeur parce qu’il baigne dedans tout le temps. Le nez s’habitue donc. C’est pour cela qu’on est moins incommodé par sa propre odeur que par celle d’autrui. 

Du nouveau, du côté de la recherche?

En effet : des chercheurs du Weizmann Institute d’Israel ont filmé 153 patients à leur insu et ont constaté que près de la moitié d’entre eux avaient discrètement reniflé leurs doigts. Ce qui est étonnant, c’est que ces personnes étaient encore plus promptes à renifler leurs doigts lorsque l'on leur avait serré la main avant. Cela montre l’existence d’une « communication olfactive », un peu comme les chiens qui se reniflent l’arrière-train pour faire connaissance… Mais attention, cependant : chez les hommes la notion de "phéromones"a été complètement remise en cause dans les années 2000. On émet des odeurs, mais elles ont un impact beaucoup plus limité que chez les animaux.

Est-ce que cela signifie quelque chose d’un point de vue comportemental?

Selon une anthropologue spécialiste du sujet, Annick Le Guérer, auteure de "Le pouvoir de l’odeur", le fait de renifler son odeur est typique des personnes angoissées. Il s’agirait là d’une façon de se rassurer. Un peu comme le doudou de notre enfance qui est impégné de notre odeur et qui nous rassure. Renifler sa propre odeur c’est, de façon inconsciente, vérifier que l'on est toujours là, bien présent ; c’est affirmer son identité. Aussi, si renifler ses doigts après s'être gratté une partie du corps est très occasionnel et que ça ne gâche pas la vie, pas de raison de s’en préoccuper. Il faut juste prendre garde à ne pas heurter les gens qui pourraient vous voir. En revanche, lorsque le geste empiète trop sur le quotidien et qu'il est associé à une pensée obsédante, il vaut mieux consulter un psy. Dans ce cas-là, seulement, cela peut évoquer un TOC (trouble obsessionnel compulsif), mais seul un professionnel peut le confirmer et le prendre en charge. 

Pour conclure, un mot sur Joachim Löw?

C’est le sélectionneur de l'équipe de fooball d'Allemagne qui, pendant l'euro 2016, a été pris en flagrant délit de reniflement de doigts après s'être gratté. Les images ont fait le tour des télévisions. Si ce comportement est majoré en cas de stress, le pauvre Joachim Löw risque de beaucoup se renifler en cette période de Coupe du monde de football. Lui a vu les images après coup et s’est excusé en disant qu’il ne s’en était pas du tout rendu compte… On pourrait appeler cela le pouvoir de l’inconscient… 

N'hésitez pas à envoyer vos questions gênantes par mail : melanie@allodocteurs.fr