Insolite : son ventre est une véritable distillerie
(DR)  

Insolite : son ventre est une véritable distillerie

Un Texan de 61 ans soupçonné par ses proches de boire en cachette possédait en réalité l'aptitude de synthétiser de l'alcool dans son estomac.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

En novembre 2009, un homme de 61 ans se présente aux Urgences d'un hôpital du Texas, où les médecins diagnostiquent une sévère intoxication alcoolique. Après avoir été vingt-quatre heures en observation, son taux d'alcoolémie est relevé par un urgentiste : 0,35g/L (1). Un taux équivalent à celui qui aurait été mesuré si l'homme avait bu une pinte de bière une demi-heure plus tôt...

Le patient a selon toute logique bu de l'alcool en cachette. Pourtant, celui-ci dément fermement, et explique que depuis 2004, il est incapable de boire plus de deux bières sans être saoul.

Deux mois plus tard, à l'occasion d'un examen gastro-entérologique de suivi, les médecins réalisent plusieurs prélèvements dans l'estomac du patient. Les analyses révèlent la présence d'une levure très inhabituelle en ces profondeurs : une levure de bière, Saccharomyces cerevisiae.

Les médecins décident alors de réaliser une expérience : ils isolent le patient durant 24 heures dans une chambre vide, contrôlent sa nourriture et lui interdisent toute visite. Par ailleurs, ses taux de glucose et d'alcoolémie sont mesurés toute les deux heures. A la stupéfaction générale, le taux d'alcoolémie du patient croit progressivement au cours de la journée pour atteindre 0,12g/L à l’issue de l’expérience. La preuve est faite : le ventre du texan est capable de synthétiser de l’alcool.

Les médecins sont parvenus à trouver un traitement à cette affection originale qui empoisonnait littéralement la vie de cet homme depuis près de six ans. Dans de récents commentaires sur l'affaire, l'un des auteurs de l'étude de cas (publiée en juillet dans la revue International Journal of Clinical Medicine) expliquait que la femme du patient avait acheté un alcootest pour traquer les mensonges et errements de son mari...

Les cas de fermentation alcoolique interne sont rares dans la littérature médicale. Une demi-douzaine d'articles seulement est publiée chaque décennie sur le sujet. Le plus souvent, un régime alimentaire fort en fibres et en levures est mentionné comme origine probable de l'apparition et de la survie de la levure dans l'organisme.

(1) Aux Etats-Unis, on mesure la concentration sanguine d’alcool, ici égale à 0,37%.

 

Source : A Case Study of Gut Fermentation Syndrome (Auto-Brewery) with Saccharomyces cerevisiae as the Causative Organism, Barbara Cordell, Justin McCarthy International Journal of Clinical Medicine 2013 doi:10.4236/ijcm.2013.47054