Chlordécone : des manifestations dénoncent le risque de "déni de justice"

Des mobilisations de grande ampleur s'organisent en Martinique depuis que le parquet de Paris a requis un non-lieu dans l’affaire du chlordécone. 90% de la population antillaise aurait été exposée à ce pesticide toxique.

Mathieu Pourvendier avec AFP
Rédigé le
Depuis l'annonce des réquisitions le 25 novembre, manifestations et rassemblements se multiplient sur l'île
Depuis l'annonce des réquisitions le 25 novembre, manifestations et rassemblements se multiplient sur l'île  —  Shutterstock

Un vent de colère enfle en Martinique depuis que le parquet de Paris a requis un non-lieu dans le dossier des plaintes pour l'empoisonnement des Antilles au chlordécone. Manifestants et élus évoquent un risque de "déni de justice".

Utilisé dans les bananeraies pour lutter contre un insecte, le charançon, ce pesticide toxique a été autorisé en Martinique et en Guadeloupe jusqu'en 1993, sous dérogation. Au même moment, le reste du territoire français en avait interdit l'usage. Il n'a été banni des Antilles que 15 ans après les alertes de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).      

800 manifestants à Fort-de-France

Le 24 novembre dernier, le ministère public a requis le non-lieu dans l'enquête ouverte après des dépôts de plaintes, dès 2006, par des associations guadeloupéennes, puis en 2007 par des associations martiniquaises. Celles-ci dénonçaient un crime d'empoisonnement et une mise en danger de la vie d’autrui. Le parquet de Paris a notamment estimé que les faits dénoncés dès 2006 et 2007 étaient prescrits ou non caractérisés.

Depuis l'annonce des réquisitions le 25 novembre, manifestations et rassemblements se multiplient en Martinique. Samedi 10 décembre, 800 personnes selon la police ont manifesté à Fort-de-France pour demander une annulation du non-lieu. La même semaine, elles étaient près de 200 à s'être rassemblées pour une marche au flambeau.

"Il faut que la justice passe"

"Tout ça est insupportable", dénonce Philippe Pierre-Charles, porte-parole du collectif Lyannaj pou dépolyé Matinik. "L’Etat dit qu’il a une part de responsabilité, mais s’il a une part, c’est qu’il y a d'autres personnes qui ont leur part. Qui sont ces personnes ? Il faut que la justice passe".      

De plus, pour Maître Louis Boutrin, avocat de l'association martiniquaise Pour une Ecologie Urbaine qui s'est constituée partie civile, la prescription soulevée par le parquet ne tient pas. Mais surtout, il dénonce ce qu'il appelle "une ruse" avec les lois de la République, en évoquant le refus d’entendre quelques témoins, notamment des ouvriers et exploitants agricoles. "Ces témoignages étaient en mesure de faire tomber la prescription", affirme l’avocat, car certains soutiennent que les stocks de chlordécone déjà présents sur l’île ont continué d’être écoulés au-delà de son interdiction, en 1993.      

La vérité "piétinée"

Les élus martiniquais ne sont pas en reste. Dans un courrier officiel du 6 décembre, le président du conseil exécutif de la collectivité territoriale de Martinique, Serge Letchimy, a interpellé Emmanuel Macron face au risque de "déni de justice". "Les populations ne sauraient se satisfaire de cette situation qui piétinerait la vérité, absoudrait les coupables et mépriserait les victimes", écrit-il. "L'empoisonnement à la chlordécone fait partie de ces affaires, complexes et longues, mêlant responsabilités publiques et privées, recherche de la vérité et quête de la nécessaire réparation."      

90% des populations contaminées au chlordécone

Aujourd’hui, certaines régions de Martinique et de Guadeloupe sont imprégnées de ce pesticide pour plusieurs siècles. Et ce n’est pas sans conséquences : selon un dernier rapport publié le 6 décembre par l'Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES), près de 90% des populations de Martinique et de Guadeloupe ont été exposées au chlordécone ; 14% des Guadeloupéens et 25% des Martiniquais présentent une chlordéconémie trop importante, soit un taux de chlordécone trop élevé dans le sang.      

Enfin, les Antilles détiennent le triste record du taux de cancer de la prostate le plus élevé au monde. Depuis le 22 décembre 2021, il est reconnu comme maladie professionnelle liée à l'utilisation du chlordécone, ouvrant la voie à une indemnisation pour les ouvriers agricoles.

Chlordécone : l'Etat reconnu comme "premier responsable"  —  Le Mag de la Santé

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !