Urgentistes : la grève remise en question

Urgentistes : la grève remise en question

D'après Marisol Touraine, ministre de la Santé, un accord aurait été trouvé avec les urgentistes afin de lever le préavis de grève. Ces derniers, qui démentent l'information, se laissent la journée pour étudier les propositions de la ministre et prendre une décision.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Suite aux négociations avec les urgentistes, Marisol Touraine a annoncé ce matin avoir trouvé "une issue favorable". "Je viens de signer l'instruction concernant l'organisation de leur temps de travail qui va leur permettre de lever leur préavis (...) Je me réjouis de l'issue favorable de ces discussions", a déclaré Marisol Touraine à l'issue du conseil des ministres. Pourtant, l'information a été immédiatement démentie par l'Association des médecins urgentistes de France (l'AMUF), qui explique que pour l'heure la grève n'est pas terminée.

Christophe Prudhomme, porte-parole de l'AMUF, se dit étonné de ces déclarations qu'il qualifie de précipitées : "Le préavis de grève n'est pas encore levé. Ce n'est pas la ministre qui décide si on fait grève ou pas. Elle nous a fait des propositions intéressantes que nous allons étudier. Nous rendrons publique notre décision demain matin".

L'une des principales revendications de l'AMUF, à l'origine du mouvement social, est la réduction du temps de travail hebdomadaire. Actuellement de 60 heures, les urgentistes demandent de passer à 48 heures et de valoriser les heures supplémentaires au delà de 39 heures.

Bien qu'en grève, les urgentistes continuent d'assurer leurs fonctions au sein des hôpitaux, pour ne pas aggraver la situation des services d'urgences. Seul un message collé sur leur blouse indique leur mécontentement... Durant la période des fêtes, les patients pourront donc être accueillis normalement aux Urgences.

 

VOIR AUSSI :