Pilules de 3e et 4e génération : Marisol Touraine veut limiter leur prescription

Lors d'une conférence de presse ce vendredi 11 janvier 2013, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a annoncé la mise en place d'un "dispositif" en France pour réduire la prescription des pilules contraceptives de 3e et 4e génération.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le
Marisol Touraine veut réduire la prescription des pilules de 3e et 4e génération
Marisol Touraine veut réduire la prescription des pilules de 3e et 4e génération

Conférence de presse du 11 janvier 2013 avec Marisol Touraine, ministre de la Santé et Dominique Maraninchi, directeur de l'ANSM

"En premier lieu, je demande à l'ANSM de saisir les instances européennes pour que les indications des autorisations de mise sur le marché (AMM) soient révisées dans un sens restrictif", a déclaré Marisol Touraine lors d'une conférence de presse donnée le 11 janvier 2013. Pour modifier ces autorisations, la saisine de l'Europe est obligatoire et cela peut prendre plusieurs mois, alors même que l'Union européenne annonçait ce même jour que les femmes n'avaient aucune raison d'arrêter leur pilule, y compris de troisième génération.

Selon l'Agence européenne du médicament (EMA) en effet, "il n'y a actuellement aucune nouvelle preuve suggérant un changement dans le profil de sécurité connu des pilules combinées commercialisées actuellement. Il n'y a de ce fait aucune raison que les femmes arrêtent leur contraception".

En attendant une décision commune, Marisol Touraine veut donc prendre des mesures en France pour limiter la prescription de ces pilules.

La ministre de la Santé souhaite dans ce sens mettre en place un dispositif de prescription en "seconde intention" des pilules de 3e et 4e génération. De son côté, Dominique Maraninchi, directeur de l'ANSM doit "saisir l'Europe, pas pour suspendre mais pour modifier" l'indication de prescription des pilules de 3e et 4e génération.

Avec la collaboration de l'Agence Nationale du Médicament (ANSM) et la Haute Autorité de Santé (HAS), Marisol Touraine demande une pharmacovigilance plus simple et plus transparente. Pour cela, la ministre de la Santé veut faire mener une campagne d'information auprès des professionnels de santé et de procéder à une réévaluation du rapport bénéfices/risques des pilules de 3e et 4e génération. Puis elle souhaite élaborer un référentiel de bonnes pratiques pour les professionnels de santé. Rappelant par ailleurs que les pilules de troisième génération cesseront d'être remboursées à partir de mars 2013.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Et aussi :