Jouer au Poker : la mise peut coûter cher

Jouer au Poker : la mise peut coûter cher

Miser, relancer, bluffer : la règle du jeu de poker est simple. Les joueurs la connaissent parfaitement. Et, c'est parce que la frontière entre le loisir et l'addiction est très mince que l'Observatoire des jeux alerte dans une étude sur les comportements à risque des joueurs.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Du plaisir à l'enfer, il n'y a qu'un pas pour les joueurs de poker devenus dépendants. L'étude de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) et de l'Observatoire des jeux (ODJ), publiée mercredi 13 février 2014, sur le site Internet de l'ODJ, tire la sonnette d'alarme sur les comportements inquiétants des joueurs de poker en ligne.

Contrairement aux autres joueurs en ligne, les adeptes de ce jeu de cartes sont particulièrement assidus. Ainsi, parmi l'ensemble des joueurs de poker en ligne en France, 20,9% jouent de manière quasi-quotidienne et 51,4% au moins une fois par semaine. Alors qu'ils ne représentent respectivement que 10,9% et 44,4% pour le reste des joueurs en ligne. Pourquoi le poker suscite-t-il un tel engouement pouvant mener à l'addiction ?

Jouer au poker procure du plaisir

Tactique, stratégie ou encore interprétation de l'attitude de l'autre sont autant d'atouts qui font du poker un jeu séduisant.

La dépendance à cette discipline s'explique en partie par la satisfaction immédiate que procure ce jeu. Le cerveau y est fortement sensible en raison des circuits neuronaux - dont le rôle est de récompenser nos fonctions - qu'il renferme. Pour cela, il libère une substance qui procure du plaisir : la dopamine. Jouer au poker stimule ce mécanisme. La recherche de cette sensation de satisfaction pousse le joueur à renouveler l'expérience sans cesse.

Internet, un nid à addictions pour les joueurs

L'emploi des nouvelles technologies favorise l'augmentation du nombre de joueurs de poker en ligne. "Internet est un booster de consommation excessive", confirme le Dr Laurent Karila, psychiatre addictologue à l'Hôpital Paul-Brousse, en région parisienne, et vice-président de SOS addictions.

Le poker est l'un des trois domaines de jeux d'argent autorisés sur Internet par la loi du 12 mai 2010 qui encadre la pratique des jeux d'argent et du hasard sur la toile. Les auteurs de l'étude OFDT/ODJ dressent le portrait de joueurs plutôt familiarisés avec les outils de nouvelles technologies. Ils sont 23,8% à utiliser des tablettes ou des smartphones pour jouer, contre 16,7% chez les autres joueurs.

Le jeu excessif nuit à la santé

La pratique du jeu en ligne n'est pas sans incidences dans la vie des joueurs. Les conséquences peuvent être de nature financière. Les joueurs de poker dépensent 778 euros par an en moyenne contre 627 euros pour les autres joueurs en ligne. Sachant qu'un tiers des individus de cette population de joueurs de poker n'a aucune activité professionnelle.

Le jeu de poker en ligne peut aussi avoir des conséquences sur la santé des joueurs. Près des trois quarts des joueurs de poker en ligne jouent jusque tard dans la nuit, ce qui empiète sur leur temps de sommeil. D'autant que les parties de poker s'accompagnent de grignotage.

Enfin, la pratique excessive du jeu de poker induit souvent des problèmes avec l'entourage. "La vie de couple, les relations amicales en pâtissent directement", explique le Dr Laurent Karila, psychiatre addictologue. Près d'un joueur de poker en ligne sur cinq déclare que leur habitude de jeu a déjà fait l'objet de critiques de la part de proches.

VOIR AUSSI