Ebola : un traitement expérimental envoyé en Afrique

Alors que le virus Ebola continue de faire des victimes en Afrique de l'Ouest, le traitement expérimental, baptisé ZMapp, non testé sur l'homme auparavant, va être expédié dans cette région.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le
Ebola : un traitement expérimental envoyé en Afrique

Selon l'OMS, l'épidémie d'Ebola a déjà fait plus de 1.000 victimes. Un bilan dramatique qui inquiète la communauté internationale impuissante face à la propagation du virus.

Mais ces derniers jours, alors qu'aucun traitement ou vaccin spécifique contre la fièvre hémorragique due au virus Ebola n'existe actuellement, plusieurs Etats ont émis le souhait de pouvoir utiliser un anticorps expérimental, le ZMapp, qui a notamment été administré aux deux Américains infectés au Liberia et transférés aux Etats-Unis où ils ont été mis en quarantaine. Mais si les résultats de ce traitement semblent encourageants, il n'a pourtant jamais été testé sur l'homme auparavant.

Un sérum expérimental jamais testé sur l'homme

Pour faire face à l'épidémie, les Etats-Unis ont donc décidé d'envoyer des échantillons du sérum expérimental en Afrique de l'Ouest. Si le ou les pays destinataires n'ont pas été dévoilés, le Liberia, pays le plus touché par le virus Ebola, en bénéficiera. Cet envoi fait d'ailleurs suite à une demande faite par la présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf le 8 août 2014 à Barack Obama. Ces doses d'échantillons du sérum expérimental serviront notamment à "traiter les médecins libériens actuellement infectés", selon la présidence libérienne.

Margaret Chan, directrice exécutive de l'OMS, a par ailleurs d'ores et déjà autorisé l'envoi au Liberia de doses supplémentaires du sérum expérimental pour contribuer à améliorer le traitement. Des échantillons qui seront acheminés dans le courant de la semaine et fournis "gratuitement dans tous les cas", précise-t-on du côté de la société pharmaceutique.

Une question d'éthique

Le ZMapp, développé dans un laboratoire privé aux Etats-Unis en collaboration avec une société canadienne, est très difficile à produire à grande échelle pour le moment.

Son utilisation soulève aussi certaines questions d'éthique. Les experts de l'OMS se sont réunis lundi 11 août 2014 afin d'exprimer leur position concernant l'utilisation de médicaments non autorisés pour tenter de sauver les malades. 

Devant la gravité de l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola, la communauté médicale internationale a approuvé, mardi 12 août 2012, l'emploi de traitements non homologués.

 

VOIR AUSSI

Rupture de stock

La société pharmaceutique américaine qui a élaboré le ZMaap a annoncé ce mardi 12 août 2014 avoir expédié la totalité des doses disponibles en Afrique de l'Ouest.

"Après avoir satisfait les demandes reçues au cours du week-end de la région d'Afrique de l'Ouest, les stocks de ZMapp sont désormais épuisés", a indiqué la société Mapp Bio dans un communiqué.