Violences hospitalières : renforcer les dispositifs existants

Suite à la médiatisation de l'agression de plusieurs urgentistes durant les dernières semaines de l'été 2013, les ministres de la Santé et de l'Intérieur ont renouvelé leur condamnation de ces actes dans un communiqué conjoint diffusé le 4 septembre 2013. Marisol Touraine et Manuel Valls ont également annoncé leur intention commune de renforcer les dispositifs de prévention et de sensibilisation existants.

Rédigé le

Violences hospitalières : renforcer les dispositifs existants

Selon le communiqué, Mme Touraine a demandé aux agences régionales de santé (ARS) de réaliser "dans un délai de trois mois" l'actualisation des conventions existant "entre les établissements de santé et les services des forces de sécurité de l'Etat".

En vue de mieux prévenir les violences contre les personnels médicaux et paramédicaux, les deux ministères entendent également "assurer une meilleure information et sensibilisation des personnels hospitaliers à la prévention et à la gestion des conflits". Leurs services vont établir "un diagnostic des situations à risque et des dispositifs de prévention, notamment dans les établissements de santé ou les services les plus exposés à des risques d'incivilité et de violence".

Selon le rapport 2012 de l'Observatoire national des violences en milieu de santé (ONVS) qui assure un suivi des faits, les actes de violence verbale et physique à l'égard des personnels de santé ont doublé l'an dernier par rapport à 2011. Cette forte progression, qui est due aussi au fait que les violences sont davantage déclarées, concerne en particulier les services de psychiatrie, les urgences, la gériatrie et la médecine générale. Dans son communiqué, Mme Touraine a d’ailleurs souligné l’importance de continuer à déclarer tout événement d'insécurité ou tout acte de violence à l'encontre des professionnels de santé, des patients ou des visiteurs.

Après les violences de la fin août, l'Association des médecins urgentistes de France (Amuf) avait exhorté les ministres de la Santé et de l'Intérieur à "répondre concrètement à ces situations explosives et intenables, tant pour les usagers du service public que pour soignants et médecins", précisant qu'en cinq ans les agressions contre le personnel de santé avaient augmenté "de plus de 80%".

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Ailleurs sur le web :

Sponsorisé par Ligatus